Eric Roux, Scientologie
Le blog
Eric Roux
Eric Roux
Ministre du culte de L'Eglise de Scientologie, Eric Roux officie principalement au Celebrity Centre de Paris depuis une vingtaine d'années. Il est aujourd'hui le président de l'Union des Eglises de Scientologie de France.
Ce blog est une initiative personnelle destinée aux gens qui s'intéressent à la spiritualité, ou à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la scientologie, à ceux qui pensent que la liberté de conscience est un droit fondamental qui mérite d'être défendu, à mes coreligionnaires ou encore à ceux qui sont curieux...

Cliquez pour en savoir plus

Pour lire des extraits :


Recherche


Partager ce site

Galerie (cliquez dessus pour plus d'images)


Derniers tweets
Eric Roux : I liked a @YouTube video https://t.co/1IoesC9rNY JEUNES ET CONS - Les Évadés
Mardi 18 Avril - 23:28
Eric Roux : RT @Debredinoire: Dans son acharnement à perdre la scientologie, l’État a triché : il s'est fait taper sur les doigts par la justice https:…
Samedi 8 Avril - 11:04
Eric Roux : RT @standleague: STAND following right now the Special #IRF #Roundtable with the #UN Special Rapporteur on #Religious #Freedom or #Belief…
Lundi 3 Avril - 23:24
Eric Roux : RT @standleague: WHAT IS STAND? 'Scientologists Taking Action Against Discrimination' - Read our Mission Statement: https://t.co/j6dLZEDVk…
Lundi 3 Avril - 23:21
Eric Roux : RT @standleague: A Top Sociologist Warns: How Religious Intolerance Leads to Violence - Get the full story and video on STAND: https://t.co…
Lundi 3 Avril - 23:21
Eric Roux : Scientology: The French Court of Cassation confirms the condemnation of the French State for gross negligence and... https://t.co/hUapsIojIN
Mercredi 29 Mars - 20:39








Réflexions


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile
En ces jours où certains pointent stupidement l'Islam du doigt, et où la controverse fait rage autour des limites de la liberté d'expression, m'est revenu en mémoire l'un des édits de l'empereur Ashoka. Ashoka était un souverain qui régna sur l'empire indien au troisième siècle avant notre ère. D'abord guerrier redouté, il mena des guerres sanglantes pour étendre son empire. Puis il se convertit au bouddhisme, et se racheta par un long règne de paix et de prospérité. Il fit graver dans la pierre une série d'édits célèbres, préceptes moraux et sociaux destinés à former les lois de base de l'empire. L'un de ces édits me semble pour le moins à méditer en ces jours troublés :

"L’Aimé des Dieux, le Roi, honore par ses cadeaux la pureté du cœur et la dévotion issues de toutes les religions. Cependant, aucun homme ne doit mettre sa religion en avant et condamner une autre religion sans bonne raison. Et s’il y a une raison de critiquer une religion, cela doit être fait de manière modérée. Mais il est préférable d’honorer les autres religions. En faisant ainsi, on honore sa propre religion. En critiquant les autres religions, on nuit à sa propre religion. Par conséquent, le contact et l’échange entre les religions est bon. On devrait écouter et respecter les doctrines professées par d’autres. L’Aimé des Dieux, désire que tous connaissent les bonnes doctrines des autres religions. Ainsi, tous chemineront sur la voie de la bienveillance et la vérité morale s’en illuminera. Tel est le souhait du roi."

Ce qui n'est pas sans m'évoquer cet extrait du "Chemin du Bonheur", écrit par L. Ron Hubbard en 1980 :

"Les relations humaines ne peuvent s’édifier que sur une base solide. La tolérance en est une. Lorsqu’on voit les massacres et la souffrance causés par l’intolérance religieuse tout au long de l’histoire de l’Homme depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, on peut voir que l’intolérance entraîne des activités très antisurvie.

La tolérance, en matière de religion, ne veut pas dire qu’on ne peut pas exprimer ses propres croyances. Cela veut dire par contre que chercher à amoindrir ou à attaquer la foi ou les croyances d’un autre a invariablement été un chemin rapide vers les ennuis.

Depuis la Grèce antique, les philosophes n’ont jamais pu se mettre d’accord sur la nature de Dieu, de l’Homme et de l’univers. Les écoles de pensée ont varié d’une époque à l’autre : actuellement, la mode est au « mécanisme »1 et au « matérialisme »2 des philosophies qui remontent à l’Égypte et à la Grèce antique. Elles tendent à affirmer que tout est matière mais, aussi ingénieuses que puissent être leurs explications de l’évolution, elles n’écartent pas la possibilité que des facteurs additionnels puissent exister qui ne feraient qu’utiliser des phénomènes tels que l’évolution. Ce sont aujourd’hui les philosophies « officielles » et elles sont même enseignées dans les écoles. Elles ont leurs fanatiques et ceux-ci ne manquent pas d’attaquer les croyances et les religions d’autrui : ce qui pourrait très bien conduire à l’intolérance et aux conflits.

Si les esprits les plus brillants depuis le cinquième siècle avant Jésus-Christ, ou même depuis des temps plus anciens, n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur la religion ou l’antireligion, c’est que c’est un terrain de mésentente entre les gens dont on ferait bien de se tenir à l’écart.

Pourtant, un principe de grande valeur a émergé de cette multitude de conflits : le droit aux croyances de son choix.

La « foi » et la « croyance » ne s’inclinent pas toujours devant la logique : on ne peut même pas les qualifier d’illogiques, car il peut s’agir de choses tout à fait distinctes.

Le conseil le plus sûr que l’on puisse donner à quelqu’un sur ce sujet est de lui dire simplement de revendiquer le droit à la croyance de son choix. Toute personne est libre de chercher à faire accepter sa foi. Il est risqué de s’en prendre aux croyances d’autrui et il est beaucoup plus risqué encore d’attaquer quelqu’un et de chercher à lui nuire en raison de ses convictions religieuses.

Depuis l’apparition de la race humaine sur notre planète, l’Homme a retiré beaucoup de réconfort et de joie de ses religions. Prenez le « mécaniste » et le « matérialiste » d’aujourd’hui. Ne ressemblent-ils pas aux prêtres d’antan dans leur façon de propager leurs dogmes ?

Les hommes sans croyances sont de bien pauvres bougres. Il est même possible de leur donner quelque chose en quoi croire. Cependant, lorsque vous rencontrez quelqu’un qui a des convictions religieuses, respectez-les.

 
Le chemin du bonheur peut 
devenir un chemin de discorde lorsqu’on 
ne respecte pas 
les croyances religieuses d’autrui."

Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien