Eric Roux, Scientologie
Le blog
Eric Roux
Eric Roux
Ministre du culte de L'Eglise de Scientologie, Eric Roux officie principalement au Celebrity Centre de Paris depuis une vingtaine d'années. Il est aujourd'hui le président de l'Union des Eglises de Scientologie de France.
Ce blog est une initiative personnelle destinée aux gens qui s'intéressent à la spiritualité, ou à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la scientologie, à ceux qui pensent que la liberté de conscience est un droit fondamental qui mérite d'être défendu, à mes coreligionnaires ou encore à ceux qui sont curieux...

Cliquez pour en savoir plus

Pour lire des extraits :


Recherche


Partager ce site

Galerie (cliquez dessus pour plus d'images)


Derniers tweets
Eric Roux : RT @standleague: STAND Condemns #ReligiousDiscrimination in Bavaria - Get the full story on STAND: https://t.co/2FZzeq2g8v #ReligiousFreedo…
Mardi 28 Mars - 00:54
Eric Roux : RT @standleague: Interfaith relations flourish as Ahmadiyya Muslim Ladies Tour Scientology headquarters at Saint Hill https://t.co/aMHcBysB…
Jeudi 23 Mars - 01:08
Eric Roux : RT @ScientologyYT: The grand opening of the largest Church of Scientology has begun! https://t.co/hHzRemxU7d
Dimanche 19 Mars - 21:33
Eric Roux : RT @Scientopresse: Scientologie : Moscou, forum interreligieux à la mémoire des victimes de l'Holocauste https://t.co/8pOcbVxyjM
Vendredi 10 Mars - 02:00
Eric Roux : Scientology Founder L. Ron Hubbard's Birthday Celebrated Internationally - World Religion News https://t.co/6hPwo3NquD
Jeudi 9 Mars - 23:24
Eric Roux : STAND statement in support of Hindu Mahasabha of America https://t.co/kKeMihNvyS
Mercredi 8 Mars - 22:05








Réflexions


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Extrait d'un article du Sydney Morning Herald (Australie) sur John Travolta, évoquant entre autre sa conversion et son appartenance à la scientologie.


John Travolta resurrection man
Dans une récente interview avec Source cinéma, il a déclaré : "Cela a été une année difficile mais nous avons travaillé très dur tous les jours pour guérir et nous continuons. Nous avons travaillé avec notre église et nous avons travaillé les uns avec les autres, avec nos amis et notre famille et ça a été rude et ça le sera encore, mais au moins nous avons de l'aide et ça fonctionne."

Si faire la promo de son film fournit sans aucun doute une distraction, il semble vraiment fier de ce film.
"Je suis vraiment heureux que quelqu'un ait pensé qu'à mon âge, je puisse faire cela", dit-il. Il veut parler des séquences d'action.

Dans le film, réalisé par Pierre Morel (Taken) et produit par Luc Besson (Nikita), Travolta joue Charlie Wax, l'un des agents les meilleurs et les moins orthodoxes du FBI. Il est envoyé à Paris pour mettre fin à un cartel de drogues d'Asie et détruire une cellule terroriste. Wax se trouve associé à un jeune homme naïf appelé James Reece (Jonathan Rhys Meyers de Les Tudors), un collaborateur de l'ambassadeur américaine en France. Reece s'imagine être le prochain 007, mais se retrouve bientôt la tête à l'envers lorsque Wax va l'entraîner dans un parcours effrayant à travers à la pègre parisienne.
Travolta a fait une carrière en traversant les genres et en déconstruisant des archétypes. Ce qui a séduit le plus dans ce rôle a été qu'il a eu à se réinventer à nouveau.

"Il est assez extrême", il sourit, et il ne se réfère pas seulement à la tête chauve et à la barbiche qu'il arbore dans le film. "Je ne pense pas que quelqu'un m'ait déjà vu de cette façon et même si j'ai fait deux films de John Woo (Face / Off, Broken Arrow), je n'ai jamais fait ce genre d'action avant. Et j'ai pensé : Eh bien, pourquoi pas ? J'ai une formation de danseur. J'ai une formation athlétique. Je peux faire ces choses. Finalement j'ai fait 95% de mes cascades et j'ai pensé que pour un gars de mon âge, c'était génial."

Travolta a l'habitude de se réinventer. A chaque fois qu'il se retourne, il y a quelqu'un prêt à le radier des listes. Tous les acteurs font l'expérience de hauts et de bas, mais peu ont traversé les hauts et les bas prodigieux et cataclysmiques de Travolta. On a tenté de le ridiculiser et il a été déclaré "has been" plus de fois qu'on ne peut le compter. d'un autre coté, il a ressuscité plus de fois qu'un théâtre de Broadway.

Tout le monde connaît l'histoire de la façon dont Quentin Tarantino a injecté un nouveau souffle dans sa carrière qui était tellement morte que tout ce qu'il fallait, c'était quelqu'un pour effectuer les derniers sacrements. Le studio ne voulait pas Travolta dans Pulp Fiction (1994). Pourquoi ne pas prendre quelqu'un que les gens payeraient pour voir, disaient-ils ? Tarantino a refusé de bouger.

"Quand Quentin m'a choisi pour cela, je n'intéressais personne", dit Travolta. "C'est donc sa tenacité qui a parlé quand il a dit : "Je ne ferai pas ce film, si John ne le fait pas". Lorsque j'ai entendu cela, j'étais comme un gosse. "Vraiment ?" Je lui ai dit. C'était comme lorsque j'ai dansé avec la princesse Diana. Je me suis dit : "Elle veut me faire danser avec elle ? Pourquoi moi ?" Je pensais que j'avais perdu mon attrait. J'étais tellement surpris de l'intérêt qu'on me portait."

Il n'est pas malhonnête. Il y a quelque chose de très enfantin chez Travolta. Cela ne veut pas dire qu'il est immature ou naïf, mais plutôt que l'acteur possède une douceur innée que trois décennies dans le métier n'ont pas réussi à éroder.

Il a obtenu sa première nomination aux Oscars pour Saturday Night Fever et sa seconde pour Pulp Fiction. Les deux étaient des projets dangereux, dit-il. Le premier parce que, au même moment, Star Wars, Rencontres du troisième type et The Deer Hunter étaient au top du box-office. Jouer Vincent Vega dans Pulp Fiction était risqué, parce qu'il était l'homme de main accroc à l'héroïne. Et Travolta avec ses yeux bleus scintillants et ses fossettes... bien, disons simplement que personne ne s'attendait vraiment à lui pour ça.

S'est-il déjà demandé où il serait si Tarantino n'avait pas été là?

"La vie d'acteur est un mélange de chance et de choix", dit-il sagement. "J'ai eu de la chance."
La chance était déjà avec le jeune acteur quand il a commencé. Il avait 21 ans quand il a été Vinnie Barbarino dans Welcome Back, Kotter. Cela l'a rendu très vite célèbre. A 24 ans, il avait fait Saturday Night Fever (1977) et Grease (1978). À la fin des années 70, Travolta était l'une des personnes les plus connus de la planète. Il a été choisi pour inaugurer l'ère du disco et a donné une véritable identité aux années 70. Nik Cohn, qui a écrit l'article sur lequel Saturday Night Fever a été fondée, a déclaré dans une interview : "La puissance de la présence de Travolta présence définit le temps et l'espace, une génération et son univers."

Travolta a dû penser que tout serait toujours comme ça. Ce ne fut pas le cas. Les années 80 n'ont pas été si bonnes pour lui. Chacun de ses films a raté de manière plus spectaculaire que le précédent. Il y avait Staying Alive (1983) et Two of a Kind (1983) et Perfect (1985), qui aurait dû être rebaptisée "sérieuses lacunes". Entre-temps, il a décliné le rôle de American Gigolo et celui de Officier et Gentleman, qui firent de Richard Gere une star. Pour Travolta, les années 80 se sont terminées avec un soupir. Comment a-t-il fait face à la critique écrasante ?

"J'ai appris très tôt à rester loin de magazines, des commérages et des commentaires", dit-il. "Ces choses vous rendent juste malheureux et je connais des acteurs qui lisent tout ce qui est écrit à leur sujet, et ils sont malheureux. Vous pouvez choisir ce que vous voulez laisser entrer dans votre vie. J'ai toujours été une personne très positive. C'est comme ça que je choisis d'être."

Quant à son dernier film, tant pis si il a reçu un accueil mitigé aux États-Unis ? Il a eu un vrai plaisir à le faire, il a agi comme un grand enfant tous les jours. La cerise sur le gâteau a été de s'entendre à merveille avec sa co-star.

"Cela ne se produit pas toujours", explique Travolta. "Mais nous sommes tellement bavards. Je suis à moitié-irlandais à demi-italien et le côté irlandais ressort avec Jonathan. En fait c'est comme si nous parlions tout le temps et que le film interférait avec nos conversations".

De quoi est-ce que ces deux-là ont discuté ?

"Nous parlions tout simplement sur différents sujets et nous avons pu vraiment examiner et échanger des idées, et à la fin de ces discussions nous nous sentions un peu mieux sur ce dont nous avions parlé. Parfois, vous venez de parler et rien ne se passe mais quand on parlait, je sentais comme nous si avions grandi en tant que personnes. c'était rafraîchissant."

Il ne fait aucun doute qu'ils ont discuté de scientologie mais ni l'un ni l'autre ne confirme ou ne nie cela aujourd'hui. Travolta était catholique, comme Rhys Meyers, avant sa conversion à la scientologie en 1975. Il a déclaré dans le passé : "La Scientologie m'a apporté de la stabilité. Elle m'a apporté les outils pour gérer les questions de la vie, du stress et des problèmes".

Il est clair que sa religion a contribué à lui éviter de jouer les Tiger Woods. Il doit être l'une des rares célébrités qui n'a pas déraillé. Rhys Meyers, de son coté, a été en désintox à trois reprises au cours des dernières années pour des problèmes d'alcool et il pourrait certainement bénéficier de certains de ces outils.

En dépit de ses détracteurs, la Scientologie semble bien convenir à Travolta. Il paraît tout à fait bien équilibré et libéré de toute névrose. Il n'y a jamais eu aucun soupçon de scandale dans sa longue carrière. Il possède l'un des mariages les plus durables du cinéma et l'an prochain il célébrera son 20ème anniversaire de mariage - un exploit rare. Puis il y a ses collègues. Ils s'extasient sur lui.
Morel le décrit comme un "gars au grand cœur". Rhys Meyers dit de Travolta, "Il n'a pas d'ego. Il est toujours prêt à apprendre et à écouter les autres et c'est ce qui fait de lui un si grand acteur."

Ils vont aussi vous dire comment il est toujours prêt à aider les autres, comme il l'a fait en Janvier quand il a pris sur lui de transporter 700 tonnes de fournitures médicales et 22 médecins à Port-au-Prince.

"J'ai eu les moyens d'aider directement", dit-il. Il possède cinq avions, alignés dans le jardin de sa maison en Floride. "Ce qui a été le plus réussi c'est que que je me suis assuré que l'approvisionnement est resté avec les médecins, car avec l'ONU et la Croix-Rouge, il est très difficile d'acheminer l'aide là où elle est nécessaire. Les formalités sont compliquées. J'ai donc eu le privilège de passer outre et de faire en sorte que ces fournitures restent avec les médecins. C'est ce qui s'est produit et ils ont pu sauver des centaines de vies."

La mère de Travolta, Helen, l'a encouragé à devenir acteur en premier lieu. Elle était actrice, professeur d'anglais et de théâtre. Son père, Salvatore, a dirigé une entreprise de pneus avec son oncle. Travolta était encore adolescent quand il a décroché un rôle dans la comédie musicale Grease puis un rôle à Broadway dans Over Here ! Après cela, il s'est rendu en Californie et a décroché son premier rôle important dans le film d'horreur Carrie (1976). Peu de temps après, il fut lancé comme Vinnie Barbarino.

"Je pense que mes meilleurs rôles sont entre 40 et 50 ans et ceux encore à venir", dit l'acteur quand on lui demande de quelle partie de sa carrière il a bénéficié le plus. "En vieillissant, les acteurs ont ce luxe merveilleux d'être en mesure d'exécuter une grande variété de choses. Je veux dire, regardez ce que fait Meryl Streep maintenant. Ce n'est pas comme une carrière sportive où vous avez terminé au moment où vous avez 30 ans. "

Puis il rit parce que tant de gens pensaient qu'il était fini au moment où il avait 30 ans.
"J'ai renoncé à me soucier de ma carrière il y a longtemps", dit-il. "Je veux dire que je pourrais probablement avoir pris ma retraite à plusieurs reprises maintenant et je ne l'ai pas fait. Je crois que je vais rester dans les parages pour certain temps."

From Paris With Love est maintenant dans les cinémas

Source

Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Art et artistes

Commentaires (0) | Permalien