Eric Roux, Scientologie
Le blog
Eric Roux
Eric Roux
Ministre du culte de L'Eglise de Scientologie, après 25 années passées dans le clergé de l'Eglise, Eric Roux est aujourd'hui le président de l'Union des Eglises de Scientologie de France et Vice Président du Bureau Européen de L'Eglise de Scientologie pour les affaires publiques et les droits de l'homme.
Ce blog est une initiative personnelle destinée aux gens qui s'intéressent à la spiritualité, ou à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la scientologie, à ceux qui pensent que la liberté de conscience est un droit fondamental qui mérite d'être défendu, à mes coreligionnaires ou encore à ceux qui sont curieux...

Cliquez sur l'image pour en savoir plus

Cliquez pour en savoir plus

Pour lire des extraits :


Recherche


Partager ce site

Galerie (cliquez dessus pour plus d'images)


Derniers tweets
Eric Roux : Scientologie: Faith and Freedom Summit à Bruxelles https://t.co/t0zdWnkcWj
Samedi 18 Août - 18:20
Eric Roux : Meeting with Shaykh Ra Saadi, National leader of the Moorish Science Temple, the precursors of Nation of Islam… https://t.co/6bLZshPMDb
Vendredi 27 Juillet - 01:34
Eric Roux : At the US Ministerial for Religious Freedom in State Department. Starting soon. #IRFMIN #irfministerial… https://t.co/fAN6AWoUYL
Mardi 24 Juillet - 15:01
Eric Roux : Invited by State dept at the Ministerial for Religious Freedom. Arriving. #washingtondc #statedepartment… https://t.co/UYWHiyRGwk
Mardi 24 Juillet - 13:35
Eric Roux : RT @cienciologia: Cienciología, @Scientology, сайентология, Scientologie, 科学神教, Scientologi, no importa cómo se escriba. Sólo importa que e…
Mardi 24 Juillet - 11:21
Eric Roux : RT @standleague: 'Why Is Scientology Treated “Unfairly?”' by Joe Hochman "Industries that are being “disrupted” by Scientology include psyc…
Lundi 16 Juillet - 07:44







Blogs, autres spiritualités

Réflexions


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile
Article scientologie dans Rebelles 13 : le scientologue et la doxa
Pour ceux qui n'ont pas acheté en kiosque leur Rebelle(s) n°13, alors que le n°14 est déjà sorti, voici l'article que j'avais écrit pour ce numéro dont le thème était : "Faut-il brûler la franc-maçonnerie, la scientologie et les jésuites". Pour ceux qui se demanderaient ce que signifie le mot "doxa", en voici la définition : Ensemble des opinions reçues sans discussion, comme évidentes, dans une civilisation donnée.

 
Le Scientologue et la Doxa
Eric Roux

Etre scientologue… Que n'ai-je entendu depuis 25 ans chez ceux-là ! Laissez-moi tout de suite dresser le tableau : j'ai connu la scientologie il y a 25 ans, à travers les écrits de son fondateur, L. Ron Hubbard. Depuis, je ne l'ai jamais quittée. Pourquoi ? Parce que la philosophie de Hubbard correspondait exactement à ce que je cherchais : elle était positive, profonde, pratique, complète, universelle, et surtout elle tendait à développer chez l'homme une aptitude à agrandir son propre univers, à développer ses capacités, à devenir libre, à redevenir soi-même, entièrement. De ce jour je n'ai jamais douté. Certains pourraient se dire que ne pas douter, c'est être idiot. Alors laissez-moi clarifier le propos : en général, je doute de tout. Tant que je n'ai pas la preuve d'une chose, une preuve qui m'apporte une certitude complète, avec suffisamment de données pour décider, je garde une réserve. Je ne crois pas les gens sur parole. En ce qui concerne ma pratique de la Scientologie, la preuve est permanente, et tous les doutes que je peux avoir, même volontairement, ne résistent pas à l'expérience que j'en ai. C'est pourquoi je peux dire, par raccourci, que je n'ai jamais douté. Et pourtant…

La foudre de la doxa

Que d'expériences auraient pu me faire vaciller ! Dès mes premiers jours de scientologue débutant, la foudre de la Doxa intolérante m'a frappé. J'ai commencé par perdre des "amis", qui apprenant ma nouvelle "conversion", du jour au lendemain ne souhaitaient plus me parler. Bon, on imagine que la qualité de ces "amis" n'était pas telle qu'on doive s'apitoyer sur celui qui a perdu leur loyauté. Loyauté qui certainement n'avait jamais existé auparavant. 
 

Vient alors la première émission de télévision grand public de votre carrière de scientologue. A l'époque, cette première émission, que ma famille s'était bien sûr empressée de regarder, plaçait la scientologie entre le massacre de Jonestone en Guyane, où 918 membres du "Temple du Peuple" s'étaient suicidés collectivement en 1978, et la tuerie de Waco au Texas, où 82 membres du groupe religieux les "Branch Davidians" avaient trouvé la mort en 1993, dans un incendie déclenché par le FBI qui les assiégeait depuis 51 jours. C'est vous dire qu'il a fallu des trésors de patience pour rassurer ma pauvre famille qui me voyait déjà brûlant sur un bûcher que soit j'aurais moi-même allumé, soit dont les flammes auraient été déclenchées par une attaque de la DST (nos services de contre-espionnage de l'époque).

Tout cela n'est rien. En 25 ans, je pourrais en écrire 3 tomes. Mais laissez-moi vous conter quelques petites anecdotes, qui je l'espère, vous donneront quelque idée de l'ostracisme qui parfois se déclenche lorsque vous êtes scientologue.

Petite rencontre avec le secrétaire général de la Miviludes il y a quelques années. La conversation est cordiale. Je croirais presque qu'il m'apprécie. A un moment, je lui demande de m'inviter lors des séances de formation qu'il organise pour les magistrats français, dans lesquelles la scientologie fait l'objet de plusieurs sessions dédiées, afin que je puisse leur donner un point de vue "équilibrant" sur cette religion qu'on leur décrit comme diabolique. Je lui dis qu'il me semble normal, puisqu'il y invite nombre d'opposants virulents, que nos magistrats puissent avoir un autre son de cloche. La réponse est édifiante : "Mais Monsieur Roux, on n'invite pas Al Capone à une formation sur la Mafia". Je dois avouer que devant tant d'audace, je n'ai pas pu m'empêcher de rire. Lui ne riait pas du tout. Il y croyait le bougre ! Et moi, pauvre Al Capone, triste Don Corleone raté sans un sou en poche, ou si peu, je restai là comme deux ronds de flan, à me demander comment j'allais faire pour remonter la pente.

Parce qu'il n'y a pas que la cervelle souffrante de ce secrétaire général qui était atteinte. 

Dans l'antre de la justice des hommes

Laissons-nous conduire sur les bancs des tribunaux, dans l'antre de la justice, qui bien que non divine, peine souvent à être humaine. Me voici à Bruxelles, où après dix-neuf années d'investigations, un policier de la brigade antiterroriste belge et un procureur fédéral ont réussi à traîner douze scientologues et l'Église elle-même en procès. Parmi cinquante charges criminelles différentes, leur accusation phare qui fait les gros titres : organisation criminelle, rien de moins ! Dans ce panier, on y trouve les grands réseaux maffieux, les groupes terroristes d'extrême gauche, d'extrême droite, ceux des fanatiques religieux et autres. Deux mois d'audience. Et un procureur qui sent venir l'aboutissement de ses dix-neuf ans passés à traquer les sorciers et sorcières de l'abominable scientologie. C'est ici son heure de gloire. Il s'emporte, mais sans charme. 

Ses proies, les accusés, ceux qu'on traite ici de criminels, je les connais bien. Etrangement, ce sont certaines des personnes les plus gentilles, les plus honnêtes, les plus dévouées aux autres qu'il m'a été donné de rencontrer. L'une d'entre elles, c'est mon ami Marc Bromberg. Il a alors 84 ans. Avant ses dix ans, il avait dû fuir les nazis avec sa mère dans un extraordinaire voyage à travers la France occupée. Car Marc, en sus d'être scientologue, est marqué de cette autre tare : il est juif. Il s'était juré que ça n'arriverait plus, qu'il ne devrait plus jamais subir de discrimination à cause de son identité religieuse. Et là, sur les bancs du palais de justice de Bruxelles, il se dit que certains n'ont pas évolué, et qu'à nouveau il doit subir l'épreuve de la discrimination lâche et malveillante. Ça me fait du mal de le voir. Pas vraiment pour lui, parce qu'il garde sa gentillesse, sa bonne humeur. Mais pour nous, tous ensemble, les hommes et femmes de la terre. 

Pendant que notre procureur fulmine jour après jour, un drame se produit : ce sont les attentats de Paris de novembre 2015, avec cent trente personnes sauvagement tuées au cours de fusillades sans merci. La cellule terroriste responsable de la tuerie venait de Molenbeek, à Bruxelles. Que faisait alors le policier Dany Lesciauskas, de la brigade anti-terroriste de Bruxelles, qui avait passé ses dernières années à traquer, parfois au péril de sa raison, les méchants terroristes scientologues ? Il était tranquillement assis dans la salle d'audience, contemplant le dénouement final de ce qui avait été le moteur de son existence depuis nombre d'années. Mais après quelques temps, la vérité commence à poindre. En fait, celui que le procureur voudrait voir condamner plus que tout, c'est Ron Hubbard ! Rendez-vous compte, il a écrit tant d'ouvrages pour développer sa scientologie diabolique ! c'est cette philosophie religieuse tout entière qu'il faut mettre au pilori ! Le juge lui-même commence à percevoir la supercherie. Il finit par interrompre le réquisitoire interminable du parquetier : "Monsieur le procureur, venons-en aux faits. Ron Hubbard n'est pas sur les bancs de l'accusation !" Tout ça finira bien me direz-vous : tous ont été acquittés. Mais après dix-huit années passées sur la sellette. Juste parce qu'ils étaient scientologues.

Laissez-moi remonter encore un peu en arrière, lorsque j'ai dû poser mes fesses sur les bancs du Tribunal correctionnel de Paris pour un procès qui lui aussi, cherchait à punir les vilains scientologues d'être… de vilains scientologues. Me croirez-vous si je vous dis qu'un jour, arrive sur la longue table des juges, dans une salle emplie de journalistes, des boites de vitamines saisies dans les locaux d'une église de scientologie dix ans auparavant ? Bien entendu, après dix ans, les vitamines ont tendance à dégager une certaine odeur, plus forte que celle qu'on a l'habitude de sentir. La procureure jubile et s'exclame : "voyez ! ou plutôt sentez ! cette odeur nauséabonde ! c'est ça la scientologie !" Et je suis obligé de supporter ça. Non pas l'odeur des vitamines, dont je me fiche éperdument, mais celle de la bêtise, de la méchanceté et de la mauvaise foi. On aurait pu remplacer les vitamines par quelques plantes médicinales odorantes, et asseoir à ma place une brave sorcière du moyen-âge, et hop, le bûcher !

Un apprentissage salvateur

Finalement, j'ai beaucoup appris. A aucun moment, je n'ai cessé d'aimer mes semblables. A aucun moment je n'ai versé dans le désespoir. A aucun moment je ne me suis autorisé à perdre mon sens de l'humour. A aucun moment je ne me suis apitoyé sur mon sort. Parce que j'aime ce que je fais, ce que je crois, et je m'astreins toujours à faire et à ne faire que des choses dont je sais que je pourrais être fier. Pas à la perfection certes, mais pas trop mal quand même.

J'ai surtout appris sur les autres. J'ai cessé d'écouter la doxa pour juger mes semblables. Dites-moi du mal de quelqu'un et j'en penserai du bien, jusqu'à ce qu'on me prouve le contraire, voire jusqu'à ce qu'il me prouve le contraire. Ce qui la plupart du temps n'arrivera pas. Dépeignez-moi un groupe comme le mal incarné, et vous ne ferez qu'éveiller ma curiosité bienveillante pour ces gens. A tort peut-être, mais il sera temps pour moi d'avoir raison après une vérification minutieuse fondée sur la réalité observée personnellement. 

Amour et rébellion

Mes amis sont scientologues, je les aime. Mes amis sont francs-maçons, je les aime. Mes amis sont athées, je les aime. Mes amis sont chrétiens, je les aime. Mes amis sont musulmans, je les aime. Mes amis sont juifs, je les aime. Et ainsi de suite, déclinez-le à l'envi. Mais plus que tout, mes amis sont rebelles. Rebelles au statu quo, rebelles à la doxa, rebelles à l'ignorance, à la bêtise et à la malveillance. 

La majorité des humains est plutôt bienveillante. Ceux-ci auront tendance à vous respecter et à vous vouloir du bien. Une minorité cependant ne peut s'empêcher de détruire ce qui est bon, hommes, choses ou actes. Ceux-là alimentent la discorde en permanence, cancanent inlassablement et déversent le poison de leur âme gelée sur tout ce qui pourrait la réchauffer. Ce sont eux les malheureux de ce monde. Mais ce sont eux aussi les destructeurs du bonheur. 

Alors toi lecteur, ami ou pas, frère ou ennemi, regarde-moi comme je suis et n'écoute pas la doxa qui te parle de moi. Parce que moi, quelle que soit ton attitude, je te regarderai comme tu es. Et j'aimerai le meilleur de toi.

Eric Roux