Eric Roux, Scientologie
Le blog
Eric Roux
Eric Roux
Ministre du culte de L'Eglise de Scientologie, après 25 années passées dans le clergé de l'Eglise, Eric Roux est aujourd'hui le président de l'Union des Eglises de Scientologie de France et Vice Président du Bureau Européen de L'Eglise de Scientologie pour les affaires publiques et les droits de l'homme.
Ce blog est une initiative personnelle destinée aux gens qui s'intéressent à la spiritualité, ou à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la scientologie, à ceux qui pensent que la liberté de conscience est un droit fondamental qui mérite d'être défendu, à mes coreligionnaires ou encore à ceux qui sont curieux...

Cliquez pour en savoir plus

Pour lire des extraits :


Recherche


Partager ce site

Galerie (cliquez dessus pour plus d'images)


Derniers tweets
Eric Roux : Russia: Exploring Interfaith Dialogue and Freedom of Religion - A conference and debate https://t.co/JwO5VSblQh
Mercredi 22 Novembre - 12:37
Eric Roux : Report: Persecution of the Church of Almighty God in China https://t.co/gPuwxpO63s
Samedi 18 Novembre - 14:20
Eric Roux : scientologie : Article dans faith in faiths https://t.co/aBtIRbVE7m
Vendredi 17 Novembre - 13:31
Eric Roux : RT @ERStandLeague: https://t.co/DJgCB1rF0w scientology freedom fighter...
Vendredi 10 Novembre - 23:33
Eric Roux : Scientologie : la vérité sur l’affaire de Sardaigne - la fin d'une fake news: Voici une histoire qui mériterait...… https://t.co/1IuvGjeA0j
Mardi 7 Novembre - 21:58
Eric Roux : Interview: Top data protection international expert on the Hungarian Scientology case https://t.co/gatrF9XEcg
Samedi 4 Novembre - 18:48








Réflexions


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Traduction d'un article du Capital Gazette sur une utilisation laïque des découvertes de L. Ron Hubbard sur la purification.


​Annapolis, Maryland : Fonds fédéraux pour un programme de détox de Scientologie pour les anciens combattants
Source : http://www.capitalgazette.com/news/ph-ac-cn-detox-1214-20141214,0,219202.story?page=1

Par Rema Rahman
Le 14 décembre 2014

À Annapolis (état du Maryland, USA), un programme de détoxification soutenu par l’Église de Scientologie traite des anciens combattants souffrant de conditions chroniques liées à la guerre du Golf. Selon des responsables du Pentagone, le programme bénéficie depuis septembre 2010 d’un financement du département américain de la Défense de 633 677 $US. Le bureau d’Annapolis a ouvert ses portes en janvier, nous explique Crystal Grant, la directrice des essais cliniques.

Sept anciens combattants de la guerre du Golf ont déjà terminé le programme et quatre d’entre eux prévoient de le commencer dès l’année prochaine. Un ancien combattant suit actuellement le programme de détoxification, un traitement dont l’objectif est de débarrasser l’organisme des toxines environnementales grâce à de l’exercice, des séances de sauna et des vitamines. 

L’argent fédéral a été accordé à des chercheurs de l’Université d’Albany dans l’état de New York dont le principal responsable est M. David O. Carpenter, directeur de l’Institut universitaire pour la santé et l’environnement. Selon lui, le programme est une « étude préliminaire » dont l’objectif est de découvrir s’il existe des bases scientifiques à la thérapie développée par le fondateur de la Scientologie L. Ron Hubbard pour le programme de détoxification de l’église.

Il nous a expliqué que cette étude était la première du genre a être effectuée par des « personnes indépendantes… de manière rigoureuse et objective. » Grant et Carpenter sont tous deux médecins et travaillent pour l’université. Le programme de recherche relatif aux maladies des anciens combattants liées à la guerre du Golf est mené depuis leur bureau d’Annapolis dans le Centre Santé et bien-être de Severna Park, au sous-sol d’un bâtiment de Conte à quelques minutes de l’autoroute dans la petite ville de Parole.

Outre le financement fédéral, le programme obtient également de l’aide du Heroes Health Fund (« Fonds des héros pour la santé »), une organisation à but non lucratif présidée par l’acteur et scientologue John Travolta. Le groupe a financé des programmes similaires pour des responsables de la sécurité publique dans tout le pays, notamment un programme pour les pompiers du comté d’Anne Arundel (état du Maryland). Le programme d’Annapolis s’adresse particulièrement aux vétérans de la guerre du Golf qui souffrent de la maladie de la guerre du Golf, une condition reconnue par le département de la Défense et le département des Affaires aux anciens combattants américains.

Ce dernier département définit la maladie comme « un ensemble de conditions chroniques médicalement non expliquées qui peuvent comprendre fatigue, maux de tête, douleurs articulaires, indigestion, insomnie, vertiges, troubles respiratoires et problèmes de mémoire. » Les anciens combattants et les travailleurs de la sécurité publique ayant terminé le programme que The Capital a interviewés, nous ont dit que l’épuisement, les maux de tête, douleurs articulaires et troubles du sommeil dont ils souffraient auparavant, se sont considérablement améliorés après la détoxification. 
 

Selon eux, personne durant le programme ne les a incité à s’intéresser à la Scientologie en tant que religion. Nombreux sont ceux qui ne connaissaient pas les origines du programme quand ils ont appris qu’il existait un tel traitement. 

Kirk Moyer, citoyen d’Annapolis et ancien combattant de la guerre du Golf a terminé le programme en septembre. Il nous a dit avoir découvert ce bureau au printemps dernier quand, travaillant comme postier, il leur a livré un paquet. Moyer souffrait d’anxiété, de douleurs articulaires et de problèmes de sommeil. Tout ceci s’est amélioré une fois qu’il a terminé le programme. Il continue de prendre des vitamines quotidiennement dans le cadre du programme et il a un rendez-vous de suivi médical à la fin du mois.

« Ce programme m’a permis de vivre à nouveau », nous explique Moyer, « je ne me rendais pas compte à quel point je me sentais mal jusqu’à ce que je me sente bien à nouveau. » Moyer, 49 ans, était dans la Marine de 1990 à 1997 et a servi en Irak et en Bosnie. Il encourage les anciens combattants à faire l’expérience de ce programme et à voir ce que celui-ci peut leur apporter. Moyer et les autres anciens combattants qui ont terminé la détoxification disent que la relation du programme à la Scientologie ne les a pas empêché de le suivre, même si cette relation n’était pas évidente au début. Pour Moyer, « cela n’a eu aucun impact, la Scientologie n’a rien à voir avec ça. » Carpenter indique qu’aucun scientologue ne participe à cette recherche et qu’il s’agit de la toute première étude indépendante sur le traitement de détoxification de cette religion. 

L’Église de Scientologie a été fondée par Hubbard en 1954. Des membres de la sécurité publique dans tous le pays ont également effectué le programme, notamment des pompiers et des officiers de police qui ont répondu aux attaques du World Trade center en 2001. 

Jim Long, porte-parole du Département des pompiers de la ville de New York a expliqué à The Capital que certains des membres du département ont trouvé le programme de détoxification utile mais que le département n’a pas d’opinion officielle sur son efficacité. 

Selon lui, des membres du département ont rapporté ressentir des effets secondaires quand ils ont arrêté de suivre leur traitement. « Nous ne le soutenons pas », dit-il. « Nous n’assumons aucune position qui irait à son encontre ».

Sur son site web, le Heroes Health Fund estime que plus de 1 000 hommes et femmes tombés malades lors des opérations de recherche et de sauvetage du 11 septembre ont reçu ces services depuis 2002.

Will Hamer, capitaine des pompiers du comté d’Anne Arundel et retraité depuis novembre dernier, fait partie du comité consultatif du fond soutenu par Travolta. Il nous explique avoir entendu dire par des membres de l’équipe de New York, qu’un programme de détoxification à Severna Park était financé par le Heroes Health Fund.

Selon lui, des employés de la clinique de Severna Park se sont rendus en 2008 dans les casernes de pompier pour faire la promotion du programme de détoxification. Bien qu’il ait été tout d’abord sceptique en raison de la relation du programme avec la Scientologie, il a fait confiance à ses collègues de la sécurité publique.

« Les pompiers sont des gens directs et honnêtes en ce qui concerne ce genre de chose », nous a-t-il confié. « Et cela m’a touché ».

David Carpenter, le médecin de l’Université d’Albany, a indiqué avoir également découvert ce traitement par le biais du programme.

Il cherchait des installations de saunas dans tout le pays et a finalement décidé de s’installer dans la région d’Annapolis parce que le Centre Santé et bien-Être de Severna Park a offert ce programme à des pompiers du comté entre 2009 et 1012 et qu’il existe une importante population d’anciens combattants dans la région.

Le Centre a déménagé de Severna Park au bureau d’Annapolis pendant que le programme de la guerre du Golf était en cours. Crystal Grant et deux spécialistes de sauna y travaillent. Un chef de projet et un médecin chercheur s’occupent également des patients. 

Les patients suivent le programme entre trois et cinq heures par jour, sept jours par semaine, pendant une période allant de quatre à six semaines. 

Les subventions fédérales couvrent 2000$ par patient pour les frais reliés au personnel, à l’administration des nombreux contrôles physiques et à l’accès aux installations. 

D’autres subventions fédérales couvrent les examens sanguins effectués pendant et après le programme par chaque patient.

Trois mois après la fin du programme, les patients subissent des examens physiques et sanguins supplémentaires afin de déterminer si les bénéfices à long terme sont toujours présents. Carpenter explique que ces échantillons de sang sont stockés dans l’espoir qu’un jour, ils pourront être testés pour voir si la détoxification élimine effectivement les toxines de l’organisme. 

Pour Carpenter, l’objectif du programme d’Annapolis est simplement de pouvoir répondre aux questions : « Est-ce qu’il marche ? Est-ce qu’il accomplit quoi que ce soit ? » La subvention couvrira le traitement de 30 anciens combattants de la guerre du Golf souffrant de cette condition chronique.

Carpenter explique qu’il pourront déterminer s’il existe des preuves scientifiques de bénéfices à long terme. « Si ce n’est pas le cas, tout s’arrêtera. » Les installations sont équipées de deux machines d’exercice, d’une machine elliptique et d’un vélo stationnaire pour effectuer la partie exercice du programme.

Les patients passent également du temps dans un sauna à une température oscillant entre 60 et 80°C. Les chercheurs veulent déterminer si l’organisme peut évacuer les toxines présentes dans les tissus adipeux et les remplacer par d’importantes doses de niacine, un complément alimentaire de vitamine B3.

Crystal Grant nous explique que le Heroes Health Fund permet de payer pour les anciens combattants qui viennent de loin mais elle ne sait pas quel est le montant auquel le fond a contribué. 

Pour David Carpenter, les groupes locaux d’anciens combattants permettent de loger et de transporter les anciens combattants qui viennent d’autres états. 

Les messages que nous avons envoyés au Heroes Health Fund sont restés sans réponse. 

Sur les sept anciens combattants de la guerre du Golf qui ont terminé le programme, deux sont du Maryland, et Kirk Moyer, l’ancien combattant de la marine est de Pasadena bien qu’il vive maintenant à Annapolis.

D’autres viennent du Nebraska, du Vermont et de l’Oklahoma. Crystal Grant nous explique qu’un ancien combattant de la guerre du Golf originaire de l’état de Washington prévoit de commencer le programme l’année prochaine. La maladie de la guerre du Golf affecte, selon le département de la Défense, 200 000 des 700 000 militaires déployés lors de l’opération Bouclier du désert/Tempête du désert entre 1990 et 1991.

Depuis 2006, le Congrès américain a approuvé près de 90 millions de dollars pour des études et des programmes destinés à améliorer la santé de ceux qui souffrent de la maladie de la guerre du Golf selon le département. 

David Carpenter est conscient que la Scientologie a ses critiques.

« En tant que scientifique, j’essaie d’évaluer des programmes sur la base de ce qu’ils sont et non de leur contexte politique »  nous explique-t-il. Kirk Moyer, quant à lui, espère que d’autres anciens combattants suivront son conseil : « Ce programme dans sa totalité m’a redonné la vie », dit-il. « C’est le secret le mieux gardé qui soit. »

Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien