Eric Roux, Scientologie
Le blog
Eric Roux
Eric Roux
Ministre du culte de L'Eglise de Scientologie, Eric Roux officie principalement au Celebrity Centre de Paris depuis une vingtaine d'années. Il est aujourd'hui le président de l'Union des Eglises de Scientologie de France.
Ce blog est une initiative personnelle destinée aux gens qui s'intéressent à la spiritualité, ou à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la scientologie, à ceux qui pensent que la liberté de conscience est un droit fondamental qui mérite d'être défendu, à mes coreligionnaires ou encore à ceux qui sont curieux...

Cliquez pour en savoir plus

Pour lire des extraits :


Recherche


Partager ce site

Galerie (cliquez dessus pour plus d'images)


Derniers tweets
Eric Roux : I liked a @YouTube video https://t.co/1IoesC9rNY JEUNES ET CONS - Les Évadés
Mardi 18 Avril - 23:28
Eric Roux : RT @Debredinoire: Dans son acharnement à perdre la scientologie, l’État a triché : il s'est fait taper sur les doigts par la justice https:…
Samedi 8 Avril - 11:04
Eric Roux : RT @standleague: STAND following right now the Special #IRF #Roundtable with the #UN Special Rapporteur on #Religious #Freedom or #Belief…
Lundi 3 Avril - 23:24
Eric Roux : RT @standleague: WHAT IS STAND? 'Scientologists Taking Action Against Discrimination' - Read our Mission Statement: https://t.co/j6dLZEDVk…
Lundi 3 Avril - 23:21
Eric Roux : RT @standleague: A Top Sociologist Warns: How Religious Intolerance Leads to Violence - Get the full story and video on STAND: https://t.co…
Lundi 3 Avril - 23:21
Eric Roux : Scientology: The French Court of Cassation confirms the condemnation of the French State for gross negligence and... https://t.co/hUapsIojIN
Mercredi 29 Mars - 20:39








Réflexions


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile
Scientologie : La Cour de Cassation confirme la condamnation de l’Etat français pour faute lourde et déni de justice
Communiqué de Presse – Pour diffusion immédiate – 28 Mars 2017
Union des Eglises de Scientologie de France

Le 24 novembre 2015, la Cour d’appel de Paris avait condamné l’Etat français à verser 35 000 euros à l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie-Celebrity Centre et quatre de ses membres pour déni de justice et faute lourde.

L’association scientologue avait soutenu devant le juge que le fait pour le parquet d’avoir requis sa dissolution dans un procès en 2009 était non seulement illégal, mais constituait une faute lourde pour laquelle l’Etat devait être condamné. La Cour d’appel de Paris lui avait donné raison en disant : « …que cette déficience caractérisée du parquet, quand bien même le tribunal, faisant une exacte application de la loi en vigueur n’a pas prononcé la dissolution de l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie Celebrity Centre, caractérise la déficience du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi. »

L’Etat avait été aussi reconnu coupable de déni de justice pour avoir violé le droit de l’association et de certains de ses membres à recevoir justice dans un délai raisonnable.

Mécontent du résultat, c’est cette décision que l’Etat avait entendu contester devant la Cour de Cassation. Cette dernière a rendu sa décision dans un arrêt du 22 mars 2017, confirmant en tous points la décision de la Cour d’Appel, et estimant que l’Etat était irrecevable à en contester la teneur.

Il s’agit là de la deuxième décision de la Cour de Cassation en faveur de l’Eglise de Scientologie depuis le début de l’année. En effet, le 12 janvier, la plus haute instance judiciaire du pays avait déjà confirmé la condamnation de l’association UNADFI (Union des Associations de Défense des Familles et de l’Individu) qui s’était constituée partie civile illégalement et en toute mauvaise foi contre les scientologues dans la même affaire (2009), une procédure pénale qui aura donc été marquée par une « déficience caractérisée du parquet » et une unique partie civile qui « a fait preuve de mauvaise foi et a abusé de son droit d’agir en justice ».

La religion scientologue est pratiquée en France depuis les années 1950, et ses églises comptent des dizaines de milliers de fidèles dans l’hexagone et des millions dans le monde. Si la France ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte, elle garantit leur libre exercice. Autour de nous, la religion scientologue est une religion reconnue au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Hollande, en Suède, par les tribunaux allemands, etc., et les programmes humanitaires de l’Eglise touchent des dizaines de millions de personnes dans le monde chaque année. Pour plus d’informations, consultez www.scientologyreligion.fr.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Le 25 janvier 2017, la Faculté d'étude comparative des religions d'Anvers a publié un ouvrage de 284 pages entièrement consacré à la scientologie.


Postface de l'ouvrage "La Scientologie dans une Perspective Universitaire"
Il s'agit d'un ouvrage bilingue (anglais/français), composé d'articles d'éminents universitaires venus des USA, de France, d'Italie, de Belgique et d'Australie. Les articles couvrent des sujets aussi divers qu'une comparaison entre la scientologie et le gnosticisme, une étude de cas de l'histoire intellectuelle de la scientologie à travers certains de ses "sites sacrés", une recherche sur l'identité juridique de l'Eglise de scientologie, et d'autres thèmes liés à divers aspects de cette religion. 

Ici vous avez la postface de l’ouvrage en français, par votre serviteur.

POSTFACE

Eric Roux
 
            Ecrire la postface d’un ouvrage comme celui-ci est un honneur, mais aussi un exercice difficile. En effet, comment commenter ces articles écrits par des hommes et femmes dont la compétence d’experts n’est plus à démontrer, sans les paraphraser et sans risquer de déformer leur pensée ou de se méprendre sur le contenu de leurs études, lorsqu’on n’appartient pas au monde universitaire.
            En outre, il existe un inhérent fossé entre celui qui étudie une religion de l’extérieur, à l’aide d’outils d’analyse appartenant à une discipline qui lui est propre, et celui qui a épousé cette religion, et qui l’étudie du point de vue du pratiquant. On pourrait imaginer que le second manque de recul, et que sa vision de l’intérieur mène forcément à une carence de distance entre lui et le sujet étudié. Mais le second pourrait aussi imaginer que le premier ne comprend pas vraiment, faute d’avoir sincèrement pratiqué et expérimenté subjectivement les effets de la pratique.
            Quoi qu’il en soit, ce fossé ne doit pas empêcher le dialogue de s’instaurer entre le pratiquant et l’universitaire non pratiquant, car c’est de ce dialogue que peut naître une vision plus juste de ce qu’est une religion, et que ces deux approches, nécessairement distinctes, peuvent s’harmoniser ou tout au moins se compléter et peut-être apporter un peu plus de vérité sur les sujets les plus difficiles à appréhender, dont celui de la Scientologie fait partie. Sa difficile appréhension provient du fait qu’elle est nouvelle, certes, mais aussi certainement du fait de l’ensemble des controverses qui ont entouré sa naissance dans les années 50, et qui ont perduré dans ses années de jeunesse, années de jeunesse qui se poursuivent encore actuellement. J’ai toujours trouvé qu’il était difficile pour un universitaire de s’extraire des controverses médiatiques, même si c’est justement cette faculté d’extraction qui fait d’un scientifique ce qu’il est, ou devrait être en tous cas. J’ajouterais pour compléter mon propos que cette difficulté d’appréhension trouve aussi sa source dans le fait que la pensée de Ron Hubbard est extrêmement riche, pas seulement du point de vue de sa qualité, mais aussi de sa quantité. C’est-à-dire pour faire simple et court qu’on ne peut se contenter d’étudier deux ou trois ouvrages pour comprendre la scientologie dont les textes sacrés se comptent en centaines de milliers de pages. Se lancer dans son étude demande courage, temps, efforts et ouverture, et le pratiquant que je suis ne peut qu’admirer le travail accompli par ces chercheurs désintéressés auxquels l’humanité devra un jour rendre hommage, car leur vision participe de la progression du monde vers une connaissance bienveillante des religions de la terre.  
            Avant de me permettre un nombre limité de commentaires sur les différents articles de cet ouvrage audacieux, je dois dire que j’ai été globalement impressionné par la qualité des recherches effectuées par les auteurs, et l’intelligence avec laquelle ils ont cherché à comprendre et à retranscrire les aspects de la scientologie qu’ils traitaient. Aucun des commentaires qui suivent ne devra être compris comme une critique globale des articles commentés, car ils n’en sont pas. Je vais, dans les lignes qui suivent, me contenter d’essayer d’apporter quelques lueurs, si tant est qu’elles soient nécessaires, dans les zones qui m’ont semblé le moins éclairées de cet ouvrage pourtant clair autant qu’éclairant.
 
*
 
            L’histoire de Philipp Bennet Wearne, dont Bernard Doherty tire des conclusions intéressantes, m’a semblé extrêmement représentative des nombreuses occurrences où l’interaction entre un ou des apostats et des services secrets nationaux ou des entités gouvernementales diverses, ont mené à des cabales plus ou moins réussies contre l’Église de Scientologie dans le monde. Le schéma australien ainsi dépeint se retrouve, pour autant que je sache, dans l’histoire de la scientologie, partout sur le globe. De la Russie aux États-Unis, de la France à l’Allemagne en passant par la Belgique, de l’Afrique du Sud au Royaume-Uni, cette étude pourrait être reproduite et certainement on gagnerait à voir ainsi émerger un dessin commun, un « pattern » qui mènerait à des conclusions encore plus générales sur la guerre que certaines institutions ont menée contre la scientologie. Même si cette guerre s’est éteinte aujourd’hui dans nombre de ces pays, le schéma est révélateur des intérêts en jeu. Plus précisément en ce qui concerne les apostats et la manière dont leur discours est utilisé dans cette activité belligérante, j’ai noté avec intérêt la phrase suivante : « Cette histoire de “captivité” de Wearne, comme celle d’autres apostats plus contemporains, est faite sur mesure pour ses lecteurs, et les éléments qu’il souligne varient en fonction des personnes à qui il s’adresse. » Cela correspond effectivement à l’expérience personnelle que j’ai de ces apostats en quête de vengeance, et qu’au fil des années j’ai finalement retrouvée dans nombre de campagnes orchestrées contre mon Eglise, mais aussi contre d’autres Eglises dont certaines sont tout à fait « mainstream ». Enfin je rejoins Doherty lorsqu’il formule le souhait de voir apparaître d’autres travaux détaillant la micro-histoire de cas similaires, et j’ajoute qu’à partir de ces micro-histoires, on pourrait certainement découvrir la macro-histoire des attaques contre la scientologie, mais également comprendre le schéma des campagnes visant à plus de contrôle social non seulement des nouvelles religions, mais en fait de toutes les religions, voire de tous les mouvements de pensée qui sont considérés par certains comme un risque pour le statu quo.
 
Lire la suite sur Academia.edu
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

La philosophie religieuse de Scientologie

Commentaires (0) | Permalien


Communiqué du 17 janvier 2017
Eglise de scientologie


La Cour de Cassation confirme la condamnation de l’UNADFI face à L’Eglise de Scientologie
Le 12 janvier 2017, la Cour de Cassation a rendu un arrêt dans lequel elle rejette un pourvoi de l’UNADFI (Union des Associations de Défense des Familles et de l’Individu), qui se plaignait d’avoir été condamnée par la Cour d’Appel de Paris pour abus de droit.
 
En effet, l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie - Celebrity Centre (ASES-CC) avait assigné l’UNADFI en lui reprochant d’avoir commis un abus de droit, en se portant partie civile contre l’Eglise dans un procès qui s’était déroulé en 2009 pour la première instance et en 2011 pour l’appel. L’Eglise de Scientologie estimait que cette constitution de partie civile abusive avait pollué les débats judiciaires, et que la mauvaise foi de l’UNADFI était caractérisée par le fait que cette dernière savait pertinemment bien qu’elle était irrecevable, mais que son seul but était de nuire à l’Eglise et d’influencer illégalement les débats judiciaires en cours.
 
En novembre 2015, la Cour d’appel de Paris a donné raison à l’Eglise de Scientologie en reconnaissant qu’il était « certain que la présence de l’UNADFI a influencé le déroulement du procès et le fond des débats », et en jugeant que la mauvaise foi de l’UNADFI était établie. La Cour avait aussi estimé que les propos « cette demande est le fruit de l’arrogance d’une association présente à tous les niveaux de l’Etat, se sachant soutenue par la MIVILUDES et le Ministère de la Justice, assurant depuis plus de 13 ans des formations aux magistrats du siège, et que tous les ministères importants, y compris le Premier Ministre, financent à coût de centaines de milliers d’euros », tenus par l’ASES-CC, n’étaient pas diffamatoires.
 
L’UNADFI avait été condamnée à verser 21 000 euro à l’ASES-CC et à ses membres. Elle s’était pourvue en Cassation.
 
C’est cette décision que la Cour de Cassation a confirmé aujourd’hui, en rejetant toutes les prétentions de l’UNADFI, estimant qu’il était manifeste que les arguments soulevés par l’UNADFI ne pouvaient entraîner la Cassation.
 
Pour le Président de l’Union des Eglises de Scientologie de France, Eric Roux : « Il s’agit là d’une décision importante, non seulement pour l’Eglise de scientologie, qui voit ainsi confirmer par la juridiction suprême le fait que l’UNADFI a été la source d’une influence indue autant qu’illégale dans le procès en question, mais pour la justice en général, puisqu’aujourd’hui il faut réfléchir à deux fois avant de se constituer partie civile dans un procès sans légitimité et en toute mauvaise foi. Il faut maintenant que l’UNADFI tire les leçons de ce cuisant échec, mais aussi que les pouvoirs publics réalisent que lorsqu’ils soutiennent financièrement de telles actions, ils sont complices dans l’illégalité et dans l’abus. »
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


La faculté de religion comparée d'Anvers publie un nouveau livre sur la scientologie
Le 25 janvier, la Faculté d'étude comparative des religions d'Anvers organise le lancement d'un ouvrage de 284 pages entièrement consacré à la scientologie. Une conférence de presse aura lieu à 16h dans les locaux de la faculté.

Il s'agit d'un ouvrage bilingue (anglais/français), composé d'articles d'éminents universitaires venus des USA, de France, d'Italie, de Belgique et d'Australie. Les articles couvrent des sujets aussi divers qu'une comparaison entre la scientologie et le gnosticisme, une étude de cas de l'histoire intellectuelle de la scientologie à travers certains de ses "sites sacrés", une recherche sur l'identité juridique de l'Eglise de scientologie, et d'autres thèmes liés à divers aspects de cette religion d'envergure mondiale.

Le Professeur Gordon Melton, dans son article Recherches sur la Scientologie, perspectives et pièges, écrit fort à propos :
"L'Église de Scientologie nous présente une gamme fascinante de questions, de son succès relatif à la croissance d'une organisation ésotérique qui comprend la projection d'une grande visibilité pour le grand public, à travers ses églises locales et ses programmes d'amélioration comme Narconon et la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme. (...) Il y a des défis supplémentaires à notre travail, mais la Scientologie semble être l'un des groupes du siècle dernier qui va survivre et même réellement prospérer au cours des prochaines décennies."

En insistant sur l'importance de la recherche universitaire sur la scientologie, Donald Westbrook, de l'Université de l'Etat de Californie, écrit : "Alors que la scientologie reçoit de plus en plus d’attention comme sujet d’étude universitaire, que ce soit dans le cadre ou en dehors de l’étude des Nouveaux Mouvements Religieux, les chercheurs ont jusqu’à présent accordé assez peu de temps à l’étude systématique de la théologie et des pratiques de L. Ron Hubbard, et encore moins aux facteurs sociaux ou intellectuels qui ont accompagné la naissance de la Dianétique et de la scientologie." De son coté, Aldo Natale Terrin, professeur en science des religions à l'Institut pastorale de San Giustina, écrit prophétiquement : "Je pense que la scientologie, par ses principes novateurs sur le monde physique et spirituel montre la direction que devraient peut-être prendre, ensemble, les religions et l’humanité."

Enfin, la Faculté m'ayant fait l'honneur de me laisser écrire la postface de l'ouvrage, je me permets de vous en livrer la conclusion : 
"Pour conclure, je pense que le véritable point fort de cet ouvrage réside dans la diversité des approches qui le composent. Chacun des universitaires qui y a contribué a abordé un aspect microcosmique du sujet, et on sent que même ainsi, chacun d’entre eux a montré qu’il y a beaucoup plus à explorer dans les détails de ces études. S’il y eut un certain nombre d’illustres sociologues qui avaient, en précurseurs, tenté de décrire la scientologie dans son ensemble, on se souvient par exemple des travaux de Brian Wilson, qui n’ont encore à ce jour pas d’équivalent à mon sens, même si d’autres sociologues brillants ont apporté leurs pierres à l’édifice, il était temps que les approches se diversifient et se focalisent sur des aspects plus précis, plus localisés, voire secondaires de la scientologie. Ce n’est qu’ainsi que la sociologie pourra comprendre cette totalité philosophique et religieuse qu’est la scientologie, par cet aller-retour entre vision d’ensemble et scrutation du particulier. Bien sûr, pour moi, rien ne remplacera la pratique et l’expérience directe et subjective. Mais puisse ce dialogue entre le profane non scientologue et le profane non universitaire s’amplifier, et mener, je l’espère, à une plus grande compréhension mutuelle, où chacun apporte à l’autre les éléments nécessaires à sa complétude et à son progrès vers un savoir dégagé des scories de la confusion."

Le livre est déjà disponible sur le site de l'Observatoire Européen des religions et de la laïcité : http://www.observatoire-religion.com/2016/12/scientology-in-a-scholarly-perspective/
Eric Roux


Ouverture de la nouvelle Eglise de Scientologie idéale de San Diego
Je suis un peu en retard pour vous tenir au courant des dernières Eglises de scientologie idéales qui s'ouvrent à travers le monde. Depuis que je vous ai parlé de l'ouverture de l'Eglise de Scientologie idéale de Harlem, en septembre s'est ouverte dans les environs de Sydney, au milieu de la forêt du Lane Cove National Park, l'extraordinaire Eglise de Scientologie pour les niveaux supérieurs de la région pacifique de l'Asie. Ici vous pouvez voir les magnifiques images de cette Eglise d'un genre tout nouveau : https://www.scientology.org/scientology-today/church-openings/advanced-org-saint-hill-anzo-grand-opening.html

Puis il y a eu en octobre l'ouverture du Bureau des affaires nationales de l'Eglise de Scientologie d'Irlande, à Dublin, sur la magnifique place Merrion, dans un splendide immeuble historique de style Géorgien, construit en 1760 et entièrement rénové dans les règles de l'art. (voir ici)

Et en novembre, c'est la nouvelle Eglise de Scientologie idéale de San Diego qui a ouvert ses portes, en présence de nombreux dignitaires venus pour l'occasion (voir ici), et de 3500 scientologues et invités. Je vous livre quelques photos :
Eric Roux


Isaac hayes au Celebrity Centre - 1997
Isaac hayes au Celebrity Centre - 1997
Isaac Hayes (1942-2008), le père de la Musique Soul, celui qu'on appelait le Moïse Noir, à qui l'on doit Shaft (voir ici en concert  en 1973), est venu en 1997 à Paris, et il a passé un certain temps avec nous à l'Eglise de Scientologie Celebrity Centre (nous l'avons revu en 2001, lorsqu'il est venu participer à un grand concert que nous organisions pour défendre la liberté de religion en France).

C'est donc quelques photos d'une histoire plutôt récente que je mets à votre disposition ici.

Celles de ses prestations musicales dans le théâtre du Celebrity Centre, une photo de son équipe de musiciens dans l'Eglise, et une photo de la conférence de presse qu'il a donné au nom de la croisade contre l'illettrisme qu'il a donnée à Paris.

Isaac Hayes, qui avait participé à cette croisade directement auprès des chefs de gangs à Los Angeles, créa une école fondée sur les programmes Applied Scholastics  (développés à partir des découvertes de L. Ron Hubbard, le fondateur de la scientologie) au Ghana pour les enfants défavorisés et cela lui valu d’être en remerciement couronné « Roi » par les autorités ghanéennes (pour ceux qui lisent l'anglais, l'histoire est racontée ici).

Maintenant quelques photos (et un extrait d'article du Figaro) : 
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Archives histoire scientologie

Commentaires (0) | Permalien


Le Rabbin Michaël Shevack est un rabbin ordonné en 1995 à New York. Il est professeur de religion comparée à l'Université d'Etat de New York. Il parle ici de la scientologie et de son fondateur, L. Ron Hubbard, après l'ouverture de la nouvelle Eglise de scientologie de Harlem.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

La philosophie religieuse de Scientologie

Commentaires (1) | Permalien


A peine deux semaines après l'ouverture de la nouvelle Eglise de Scientologie idéale de Budapest, c'est l'Eglise de Harlem et son centre communautaire qui ont été inaugurés dimanche 31 juillet à New York.


Inauguration de l'Eglise de Scientologie de Harlem
Voir toutes les photos et la présentation en anglais sur le site de l'Eglise internationale.

Lors de la cérémonie d'inauguration, David Miscavige, leader ecclésiastique de la religion scientologue, s'est exprimé ainsi : "Ce nouveau centre communautaire ne représente pas seulement une offre d’aide, mais plutôt notre obligation et notre droit d’aider. Parce que, peu importe ce qui fait de chacun de nous des individus, nous représentons tous la fraternité humaine. 
Eric Roux


Quand l'Eglise de Scientologie accueille un sommet destiné à résoudre la violence des gangs
Le 17 juillet 2016, dans le Centre communautaire de l'Eglise de Scientologie de South Los Angeles, s'est tenu à l'initiative des rappeurs Snoop Dogg et The Game, et de Nation of Islam, un sommet destiné à en finir avec la violence qui règne dans ces quartiers les plus dangereux de Los Angeles. Les membres des deux principaux gangs rivaux (les Crips et les Bloods) se sont réunis par centaines, et ont signé un traité de paix. 

L'évènement a réussi l'exploit de réunir des rappeurs, les gangs, le chef de la police de Los Angeles Charlie Beck, Nation of Islam et le maire de South Los Angeles Eric Garcetti, tous unis pour en finir avec la violence meurtrière des gangs. 

Quelques photos :
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Ordonnance psychiatrique du tueur de Nice
Ordonnance psychiatrique du tueur de Nice
Lorsqu'on apprend de la bouche du père du conducteur du camion qui a commis l'irréparable jeudi soir à Nice, que ce dernier était passé par les mains de la psychiatrie, et avait été gavé de drogues psychiatriques, on est en droit de se poser des questions sur les conséquences de ces traitements et drogues psychiatriques. Si c'était la première fois que ce type de liens se présente, alors on pourrait le mettre de coté. Si c'était anecdotique dans l'histoire du massacre des innocents, on pourrait chercher la cause ailleurs. Mais lorsque qu'on se rend compte qu'un dénominateur commun à quasiment tous ces actes barbares est le traitement psychiatrique qui précède l'acte, il est temps de réellement poser les bonnes questions.

En janvier, un article très intéressant, qui posait les bonnes questions, était paru dans le Magazine Rebelle(s) : Le Massacre des innocents : religion ou psychopharmacologie. Je vous le scanne et vous laisse le lire ici :
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Psychiatrie et antipsychiatrie

Commentaires (1) | Permalien


Communiqué de l’Union des Eglises de Scientologie de France – 15 juillet 2016
Au nom des Eglises de Scientologie de France, l’Union tient à présenter ses condoléances à toutes les familles des victimes de la tragédie de Nice du 14 juillet 2016. Les scientologues de France s’associent aux prières des divers mouvements religieux présents dans l’hexagone, et se tiennent à la disposition de quiconque aurait besoin d’aide dans ce tragique moment pour notre pays.
 
« Ici, dans cette société, nous sommes entourés de nombreuses personnes qui disent : “Ma foi, je ne peux rien y faire.” Mais il est clair pour moi que ceci est et semble être une situation à propos de laquelle on ne peut pas dire cela. Pour la première fois, nous devons faire face au fait, au fait absolu, que précisément la chose à ne pas faire, c’est de ne rien faire. »
 
L. Ron Hubbard
Eric Roux


Sortie du livre "Cult wars in historical perspectives"
Le livre "'Cult Wars' in Historical Perspective: New and Minority Religions", auquel j'ai participé aux cotés de Eileen Barker, Massimo Introvigne, James T. richardson et d'autres, vient de paraitre en version Kindle : voir ici

Le livre est en anglais, et j'en ai notamment écrit le dernier chapitre : "Scientology: from controversy to global expansion and recognition".

La version reliée sortira au mois d'août, chez Routledge, un des plus grands éditeurs d'ouvrages universitaires.

Si vous souhaitez feuilleter la table des matières et l'introduction, cliquez ici, puis cliquez sur l'image de la couverture à gauche.

Ajout du 31 août : Si vous voulez lire en anglais le chapitre que j'ai écrit, vous pouvez sur academia.edu https://www.academia.edu/28121962/Scientology_from_controversy_to_global_expansion_and_recognition_-_Eric_Roux
Eric Roux


Non à la Drogue, Oui à la Vie, à l'Euro 2016
L'association "Non à la Drogue, Oui à la vie", créée par Xavier Deluc et l'Eglise de Scientologie en 1990, a investi l'Euro 2016 dans une campagne de prévention sans précédent. A mi parcours de la coupe, déjà 150 000 livrets d'information sur les dangers des drogues ont été distribués aux supporters de toutes les équipes européennes.

Par dizaines, les bénévoles de l'association, reconnaissables à leurs tee shirts bleu turquoise, sont partis à la conquête des fans de foot autour de tous les stades de France où avaient lieu les matchs de l'Euro. L'accueil est toujours extraordinaire, comme l'ambiance d'ailleurs.

 
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Actions sociales de l'Eglise de scientologie

Commentaires (0) | Permalien


Maurice Cordier et la Scientologie
Le 23 août 2014, la Présidence de la République publiait un communiqué sur le décès de Maurice Cordier, célèbre (c'est lui par exemple qui avait prononcé le discours pastoral des funérailles du Général de Gaulle) prêtre catholique et résistant français, rendant "hommage à un grand personnage de cette épopée" (la libération), qui nous avait quittés 3 jours plus tôt.

Maurice Cordier, en 1977, était (et est toujours resté) un ami de la scientologie. Il avait écrit entre autres une attestation après ses premières rencontres avec l'Eglise, que j'ai retrouvée dans nos archives et que je vous fais partager : 

Invité par des amis, membres de l'Eglise de Scientologie, à visiter le siège de ladite église, situé 12, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, à Paris, j'atteste y avoir constaté les faits suivants :

1 - L'Eglise de Scientologie s'y présente elle-même comme une religion. On y affiche partout une tolérance religieuse et le respect des autres religions. Il existe une chapelle dans l’établissement ; sa décoration fait appel à des symboles religieux et sa disposition rappelle celle des lieux de prières et de recueillement offerts par les différents cultes. Un office y est organisé régulièrement.

2 - La structure de l'établissement apparait davantage comme celui d'une centrale d'action religieuse, que comme celui d'une Paroisse. On y trouve un accueil, des informations, des publications. Il y est organisé des cours d’initiation, à divers niveaux, ainsi ·que des sessions de formation et de perfectionnement ; des étudiants y poursuivent le but de devenir ministres de l'Eglise de Scientologie.

Une certaine analogie avec la  formation en usage dans d'autres religions peut être discernée.

3 - Les cours paraissent organisés selon une méthode rigoureuse ; un contrôle des connaissances est constamment pratiqué ; les procédés pédagogiques révèlent une élaboration certaine ; la doctrine qui est enseignée n'est empruntée à aucune autre science, mais semble avoir sa source dans la pensée du fondateur. Les « superviseurs » paraissent jouer davantage le rôle de « guides » dans les études que celui de professeurs.

4 - On y exerce également des "conseils pastoraux", qui présentent une analogie certaine avec la direction spirituelle pratiquée dans d'autres religions. Comme la direction spirituelle, ils se pratiquent sous la forme d’entretiens en particulier, où le ministre est en situation d’aide par rapport au demandeur. Ils se déroulent cependant selon une méthode qui leur est bien particulière. 

Leur méthode, qui semble peu adaptée au traitement des troubles mentaux, m'a paru s'adresser surtout à des sujets déjà sensibilisés et déjà décidés à poursuivre un progrès spirituel, par les voies proposées dans le « Crédo » de la Scientologie. Ces « conseils pastoraux » m'ont semblé ainsi s'apparenter à une certaine qualité d'exercices spirituels, qui exige des sujets une adhésion assez complète à l’idée scientologique et une confiance très large à l’auditeur que les reçoit.

5 - Cet auditeur a besoin de posséder à fond la méthode des « conseils pastoraux » et de la pratiquer honnêtement, faute de quoi il est peu probable qu'à long terme quiconque accepte de s'adresser à lui.

6 - Pour comprendre ce qui se passe à l’Eglise de Scientologie, il me paraît nécessaire d'acquérir une certaine connaissance de la doctrine, du contenu de l'enseignement et de la méthode spirituelle proposée.

Faute de quoi, l'originalité propre de l'Eglise de Scientologie risque d'échapper à l'observateur, qui serait alors tenté de recourir à des « assimilations hasardeuses », au mépris de la liberté de penser et de croire.


Ci-dessous l'original :
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Archives histoire scientologie

Commentaires (0) | Permalien


Palais de justice de Bruxelles
Palais de justice de Bruxelles
Le 11 mars dernier, le Tribunal correctionnel de Bruxelles rendait un jugement historique. Après dix-huit années d'instruction, deux mois de procès et trois mois de délibéré, les juges ont mis fin à dix-huit ans de harcèlement judiciaire à l’encontre de l’Eglise de Scientologie et de ses membres, dans un jugement de 173 pages extrêmement motivé, par lequel l’ensemble des prévenus, incluant l’Eglise de Scientologie de Belgique, douze de ses membres, et le Bureau des Droits de l’Homme de l’Eglise de Scientologie Internationale, ont été acquittés. Le Parquet Fédéral Belge n’a pas contesté la motivation et n’a pas fait appel, et cette décision historique est maintenant définitive.

Le tribunal, après avoir examiné en détail l’ensemble des accusations et avoir constaté qu’aucune n’était fondée ni en droit ni en fait, a fermement condamné l’attitude du Parquet et des enquêteurs en cela qu’ils avaient voulu faire le procès d’une religion et d’une doctrine et avaient instrumentalisé les prévenus pour ce faire, sans que ceux-ci ne puissent à aucun moment bénéficier d’un procès équitable.

Il s’agit là d’une énième décision favorable à l’Eglise de Scientologie, qui aujourd’hui est reconnue comme une religion par la Cour Suprême du Royaume Uni, par la Cour de Cassation italienne, par l’Audiencia Nacional espagnole, comme elle l’est en Suède, en Hollande, au Portugal, en Allemagne, etc.

Je vous livre ici une analyse juridique de la décision sous forme de résumé. Ceux qui veulent lire la décision en entier la trouveront en cliquant ici.

Avant cette analyse, je vous livre un extrait vidéo de l'émission que j'avais faite à la RTBF quelques jours avant le début du procès (Devoir d'enquête, diffusé le 21 octobre 2015), et dans lequel j'avance des arguments qui semble-t-il ont trouvé un écho favorable dans le jugement quelques mois plus tard (et malheureusement aussi un écho moins favorable dans l'actualité qui a suivi en novembre à Paris et en mars à Bruxelles). Je vous laisse juge. 

Voici la vidéo et le résumé de la décision :
 
 
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Michel de Certeau
Michel de Certeau
Récemment, je lisais plusieurs articles qui relataient des propos du Pape François sur l'esprit français, dans lesquels il évoquait le père jésuite Michel de Certeau, philosophe et historien, comme étant "le plus grand théologien pour aujourd'hui" (voir ici par exemple).

Me revint alors à l'esprit une lettre envoyée par Michel de Certeau à l'Eglise de Scientologie de Paris le 22 mai 1977, dans laquelle il écrivait :

"Je suis tout à fait convaincu de la légitimité de l'usage du terme de « religion » pour votre Eglise puisque ces textes manifestent tous un spiritualisme fondé sur un Etre infini, exprimé socialement par une vie communautaire (des réunions, des ministres, une tradition) et une organisation de conduites spécifiques. J'ai d'ailleurs admiré cette articulation entre des soucis éthiques, une recherche de sagesse et un apprentissage technique".

Je vous laisse donc lire une copie de sa lettre originale que j'ai conservée.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Archives histoire scientologie

Commentaires (0) | Permalien


L'Eglise de Scientologie inaugure ses nouveaux studios de télévision, et plus encore...
Samedi 28 mai, a été inauguré Scientology Media Production (SMP), un complexe média dédié entièrement à la religion de scientologie. Il s'agit là de pas moins qu'un studio de télévision qui va permettre d'ouvrir une chaine satellite scientologue disponible dans le monde entier (Les locaux de SMP sont ceux de l'un des plus anciens studios d'Hollywood), de studios de radio, d'installations pour la création internet, de locaux pour le magazine Freedom, etc. 

L'ensemble de ce complexe est totalement impressionnant, avec ce qui a été décrit par la presse anglophone comme "l'installation média la plus moderne et sophistiquée de son genre dans le monde entier".

Scientology Media Productions est un complexe de 20 000 mètres carrés près de l'intersection de Sunset Boulevard et Hollywood Boulevard. Construit en 1912, le studio comprend des installations d’enregistrement ultra-modernes, des studios de cinéma, des régies de création, des zones de production pour la création d’effets spéciaux, pour l'édition, pour l'enregistrement audio et le mixage, la traduction en langue étrangère et le doublage - ainsi que pour tous les aspects de la diffusion et de la production en ligne.

De plus, il s’y trouve maintenant le siège éditorial du magazine Freedom, qui produit un journalisme d’investigation des plus percutants. Freedom lui-même s’expand et devient une organisation de nouvelles internationales qui englobe les plates-formes d'impression, de télévision, de radio et d’Internet.
Eric Roux


Rebelle(s) numéro 4 sur les nouvelles religions
Le numéro 4 du magazine Rebelle(s) vient de sortir en kiosque. Le thème : les nouvelles religions. Le numéro contient tout un dossier sur le sujet, avec notamment un article de Massimo Introvigne, un édito de Jean-Luc Maxence, ainsi qu'une interview d'Eric Roux, votre serviteur. Je vous encourage vivement à vous le procurer, soit en allant chez votre marchand de journaux (liste disponible ici), soit en vous abonnant à ce magazine décalé qui se baptise lui-même le bimestriel hors sujet (abonnements ici). Ecrit et édité par de vrais rebelles, intelligents et aux opinions libres et variées. Voici la première page de mon interview, la suite est dans le magazine :
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Télévisions, plateaux et interviews

Commentaires (0) | Permalien


Speech au congrès américain
Le 22 mars, j'étais invité par l'International Religious Freedom Roundtable à Washington pour intervenir dans le locaux du congrès américain lors d'un panel sur la liberté religieuse et le terrorisme en Europe. Sur la photo je partage la scène avec Brian J. Grim, Engy Abdelkader, et Timothy Head, tandis que dans la salle de nombreux congressmen de tous bords sont là, ainsi que des membres du Département d'Etat, de USCIRF (US Commission on International Religious Freedom), des organisations de défense des droits de l'homme, des militaires et de nombreux leaders religieux.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Belgique: le tribunal rejette toutes les accusations contre la scientologie
Ce vendredi 11 mars, dans une décision extrêmement motivée de 173 pages, le Tribunal correctionnel de Bruxelles a mis fin à 18 années de harcèlement judiciaire à l'égard de l'Eglise de scientologie de Belgique et de ses membres, en estimant qu'aucun des faits reprochés n'avait été prouvé et que le procureur et les enquêteurs s'étaient fourvoyés en voulant faire le procès d'une philosophie religieuse au mépris des droits fondamentaux des scientologues et de l'Eglise.

Cette décision est la conclusion d'une enquête de plus de 18 ans menée par les services du procureur, d'un procès public qui a duré 2 mois, et de 3 mois supplémentaires de délibéré que les juges ont mis à profit pour tout examiner à nouveau.

Elle est certainement l'une des plus intelligentes, des plus motivées et des plus poussées qu'il m'ait été donné de lire.

Je vous en livre ici quelques extraits qui résument les constatations du tribunal.

Sur les faits et les infractions reprochés, pour lesquels les juges ont tenté de manière extrêmement poussée et sans aucune complaisance de voir s'ils pouvaient être constitués :

p157
« Comme exposé précédemment, le tribunal a tenté en vain, tant au cours des longues séances d'interrogation des prévenus lors de l'instruction d'audience, que par l'audition de témoins, par ses demandes de précisions formulées tout au long des débats et en particulier lors du réquisitoire oral du ministère public, puis lors de l'examen minutieux et détaillé du dossier répressif, et ce compris les pièces à conviction au greffe, de comprendre les poursuites intentées par la partie poursuivante à l'égard des prévenus. »


Sur l'enquête et ses errances :

P147
« L'analyse qui a été faite tant des préventions d'organisation criminelle et d'association de malfaiteurs, dont il a déjà été question, que certaines autres dont il sera question ci-après d'une part, mais également et surtout le réquisitoire oral que le ministère public a exposé pendant une dizaine d'heures d'autre part, laissent apparaitre qu'en réalité, ce qui a été visé, ce ne sont pas tellement les comportements infractionnels individuels de chacun des prévenus, mais que de manière générale ce qui semble poser problème à la partie poursuivante, c'est l'idéologie ou la philosophie constituée par l'enseignement de Monsieur Ron Hubbard au travers de la scientologie.

p 148
« En d'autres termes, avant d'être le procès de chacun des quatorze prévenus poursuivis devant le tribunal de céans, c'est en priorité le procès de la scientologie, au sens doctrinaire du terme, que la partie poursuivante a entendu mener. »

p149
« ... Il va de soi que cette manière d'articuler son réquisitoire ne laisse planer aucun doute quant au fait que, dans l'esprit de la partie poursuivante, ce qui est en premier lieu visé, c'est la pensée scientologue elle-même, que le tribunal devrait sanctionner au travers de la condamnation des prévenus.
Les constatations de la Sureté de l'Etat, après analyse de certaines pièces du dossier, ne vont d'ailleurs pas dans un autre sens. »


p150
« Or, les éléments qui viennent d'être exposés démontrent, selon le tribunal, que si les prévenus sont poursuivis dans la présente cause, c'est d'abord parce qu'ils sont des adeptes de la scientologie, ce dont ils ne se sont d'ailleurs jamais cachés. Le ministère public est bien évidemment libre de la manière dont il entend mener les poursuites et de la façon dont il estime devoir présenter un dossier au tribunal, mais il n'en demeure pas moins que cet a priori, sous l'angle duquel les causes ont été exposées au tribunal, est de nature à obliger les prévenus à devoir défendre en premier lieu la doctrine à laquelle ils ont adhéré, avant même de pouvoir envisager leur défense relativement aux faits et comportement concrets qui leur sont reprochés. A l'instar d'un prêtre catholique accusé de pédophilie ou d'escroquerie aux aumônes, ou d'un terroriste, responsable de l'un ou l'autre attentat, dont les comportements criminels ne se jugeraient pas en fonction des enseignements de la Bible ou du Coran ou de certains de leurs passages, parfois pourtant très explicites, les actions des prévenus ne peuvent être considérées comme infractionnelles uniquement sur la base des écrits idéologiques et doctrinaux de leur croyance, à charge pour eux de démontrer le contraire. Une telle exigence reviendrait à imposer aux prévenus de prouver leur innocence, le ministère public se contentant de démontrer que le caractère d'incitation au crime ou au délit, contenu, selon lui, dans les écritures scientologues, suffit à présumer de la culpabilité des prévenus, les quelques éléments concrets cités au dossier ne faisant quant à eux qu'étayer cette présomption de culpabilité. »
 
p 156
« En l'espèce, comme il a été exposé ci-dessus, la partie poursuivante (et les enquêteurs, clairement animés d'un même a priori négatif) entendait voir juger avant toute chose, la doctrine même de la scientologie, développée par Monsieur Ron Hubbard, les prévenus poursuivis n'étant, dans cette optique, que le véhicule nécessaire pour y accrocher les préventions considérées comme présentes au sein de l'enseignement scientologue. »
(…)
« De par cette approche, les prévenus furent, la plupart du temps, présumés coupables de par le simple fait d'être membre actif au sein de leur Eglise. »


Le tribunal a finalement déclaré l'ensemble des poursuites irrecevables pour "atteinte grave et irrémédiable au droit à un procès équitable".


 

Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


120 pasteurs chrétiens se forment aux techniques de scientologie
Début février, en Afrique du Sud, dans la commune de Vosloorus, 120 pasteurs chrétiens se sont formés aux techniques utilisées par les ministres volontaires de l'Eglise de Scientologie.

Nombre d'entre eux, en retournant servir leur congrégation, vont maintenant ouvrir leurs propres groupes de ministres volontaires pour former d'autres personnes à ces mêmes techniques.

Un bel exemple d'entraide entre les religions. Pour en savoir plus sur les Ministres Volontaires de l'Eglise de Scientologie : http://www.scientologie.fr/faq/scientology-in-society/what-are-volunteer-ministers.html
Eric Roux


1 2 3 4 5 » ... 15