Eric Roux, Scientologie
Le blog
Eric Roux
Eric Roux
Ministre du culte de L'Eglise de Scientologie, après 25 années passées dans le clergé de l'Eglise, Eric Roux est aujourd'hui le président de l'Union des Eglises de Scientologie de France et Vice Président du Bureau Européen de L'Eglise de Scientologie pour les affaires publiques et les droits de l'homme.
Ce blog est une initiative personnelle destinée aux gens qui s'intéressent à la spiritualité, ou à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la scientologie, à ceux qui pensent que la liberté de conscience est un droit fondamental qui mérite d'être défendu, à mes coreligionnaires ou encore à ceux qui sont curieux...

Cliquez sur l'image pour en savoir plus

Cliquez pour en savoir plus

Pour lire des extraits :

Cliquez sur l'image


Recherche


Partager ce site

Galerie (cliquez dessus pour plus d'images)


Derniers tweets







Blogs, autres spiritualités

Réflexions


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile
Petit coup de gueule sur le monde psychiatrique qui nous refait le coup du LSD...

Ces jours-ci, on essaye de nous faire croire qu'une équipe de "chercheurs" en psychiatrie vient de découvrir que le LSD et la Kétamine pouvaient avoir des effets bénéfiques sur les patients atteints de dépression. Un scoop formidable ! Sauf que depuis les débuts du LSD les psychiatres ont tenté la même supercherie en continu, comme nous allons le voir.

Avant d'aller plus loin, il vous faut bien comprendre ce que cela implique. Il ne s'agit pas d'une anecdote sur le chemin de la psychiatrie. Depuis plusieurs années, les psychiatres nous font croire que 9 millions de français vont être atteint de dépression. Ce qui veut dire que si l'on suit leur raisonnement, on se retrouvera avec 9 millions de français sous kétamine ou LSD, ou les deux...

La kétamine est un puissant anesthésiant utilisé sur les chevaux. Elle est utilisée comme drogue aussi, avec des effets spectaculaires autant que dangereux. Elle est connue pour provoquer des troubles hallucinatoires, des amnésies complètes, des pertes d'identité et de contact avec la réalité. Bref, c'est une drogue qui rend fou. De nombreux cas d'installation définitive de cette folie (sans aucun retour en arrière) ont été rapportés. Sans parler des troubles respiratoires, des nausées, des migraines et même des comas qu'elle peut produire. Lors de la guerre du Vietnam, on avait donné cette drogue aux soldats américains mais les troubles psychiatriques qu'elle créa furent tels que le programme fut arrêté.

Le LSD est une drogue hallucinogène extrèmement dangereuse. La molécule qui le compose a été synthétisé en premier lieu par le laboratoire pharmaceutique Sandoz (aujourd'hui Novartis) en 1938. Dès les années 40 le milieu psychiatrique s'en empare et multiplie les prescriptions systématiques sur l'homme, en prétendant que cela aidait la thérapie psychiatrique.

En fait le LSD est connu pour provoquer de graves troubles psychiatriques, une seule prise pouvant entraîner ces troubles à vie.

La CIA s'en servira pour expérimenter des techniques de contrôle mental dès 1951 (les archives relatant ces expériences sont maintenant publiques), avec l'aide du laboratoire Eli Lilly dès 1954.

Le psychiatre Donald Ewen Cameron travaillera pour les services secrets américains afin que le LSD soit utilisé pour produire un "lavage de cerveau".

La psychiatrie continuera de pousser l'usage du LSD depuis cette époque.

Le psychologue Timothy Leary deviendra même le "pape du LSD" dans les années 60, allant jusqu'à prôner la nécessité de déverser du LSD dans les canalisation d'eau des grandes villes pour faire "bénéficier" toute la population des "bienfaits" du LSD..

Aujourd'hui, c'est la même rengaine. Ce sont des psychiatres suisses, se présentant comme scientifiques (qu'ils ne sont pas), qui prétendent avoir mené des expériences sur des rats (véridique), les ayant convaincu que le LSD et la kétamine auraient des effets bénéfiques sur la dépression. 

La justification habituelle (comme exprimée par des psychiatres de Yale aux USA récemment) est que cela aurait un effet de reconnection entre les neurones. Ce qui est absolument impossible à prouver bien entendu, et qui ressemble étrangement à la prétention qu'ils ont de nous faire croire que l'électrosismothérapie (nouveau nom marketing pour le vieil électrochoc) pourrait aussi bousculer les neurones au point de les connecter. Ca ressemble à "si je lui colle une gifle, ça va lui remettre les idées d'aplomb", mais ça fait plus de dégats qu'une gifle. Pauvre "science".

Alors, malveillance ou stupidité ? Après 70 ans d'expériences psychiatriques à base de LSD sur des humains, sortir une nouvelle étude, fut-elle suisse, pour pousser encore l'usage de LSD sur les populations, j'appelle ça de la malveillance, sans circonstances atténuantes.

Quant à ceux qui gobent encore ces billevesées à prétention scientifique, j'opte pour la deuxième option... pour un temps seulement.

PS : C'est contre cette malveillance et cette stupidité que les scientologues se battent depuis 60 ans. Un jour, j'aimerai bien qu'on puisse passer à autre chose. Mais il faut croire que la psychiatrie ne se réforme pas. Et on ne peut pas compter sur nous pour abandonner en chemin. La persévérance est une qualité que nous assumons parfaitement. Parce qu'on ne peut pas laisser des fous mettre une population sous drogue sans réagir, à moins d'être fou soi-même, et de ne pas aimer ses enfants.

Eric Roux
Facebook Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Psychiatrie et antipsychiatrie

Commentaires (9) | Permalien



Commentaires

1.Posté par Victoire le 24/08/2010 15:51
Oui je suis absolument d'accord, il n'est pas possible d'ignorer les effets destructifs d'un telle pratique et de telles drogues. La campagne que vous menez est indispensable afin d'informer tout un chacun et de faire en sorte que tout ceci finisse par disparaître.

2.Posté par Victoire le 25/08/2010 03:40
Je voulais ajouter quelques informations d'importance qui ne font, hélas, pas la une des journaux :
Une des psychiatres responsables des essais cliniques évaluant l'efficacité et la sécurité de la drogue "miracle" Paxil chez les enfants et les adolescents, le docteur Maria Carmen Palazzo, pour ne pas la nommer a récemment plaider coupable dans pas moins de 15chefs d'accusations fédéraux aux USA pour ne pas avoir tenu de compte-rendu de ces essais cliniques dans le but d'escroquer et de tromper federal counts of failing to prepare and maintain records.

Elle travaillait à l'époque en tant que chercheur clinique pour SmithKline Beecham. Le procureur a indiqué qu'elle a inclus dans ces études des diagnostics psychiatriques qui n'avaient tout simplement rien à voir avec le passé psychiatrique de ses patients. Elle a également et en toute connaissance de cause mis au point de multiples évaluations psychiatriques rapportant des diagnostics et des symptômes que les patients n'avait tout simplement jamais eus.

Elle a été condamnée jeudi 19 août à 13 mois de prison, cette période s'ajoutant aux 87 mois qu'elle purge actuellement pour escroquerie...
.

3.Posté par Christine arnaud le 20/06/2011 05:21
Bonjour
Peut-on savoir quelle est votre connaissance personnelle de la kétamine et du LSD ?
vous vous rendez compte que vous attaquez et calomniez d'éminents chercheurs ?

et surtout : quelles sont vos connaissances en neurologie pour OSER proférer un tel jugement ?

cordialement

4.Posté par Eric Roux le 20/06/2011 08:07
Chère Madame,
Éminents chercheurs ? Diplômé de neurochirurgie ou pas, un dealer est un dealer. Un assassin est un assassin. J'ose...

5.Posté par Victoire le 20/06/2011 08:38
Madame Arnaud demande comment on peut oser mettre en doute la parole d'éminents chercheurs.
Voici comment :
Eminents ceux qui accusèrent d'hérésie et condamnèrent à mort Galilée ? Il l'étaient certes à l'époque
Eminents, les médecins eugénistes de l'Allemagne nazie ? Encore une fois, certes.
Et que dire de ceux qui pendant des décennies ne jurèrent que par la théorie de la génération spontanée ?
Madame Arnaud, croire les yeux fermés en quelque chose simplement parce qu'elle émane de personnalités éminentes, consiste à faire preuve d'un point de vue bien limité et prohibe entièrement l'aptitude critique et l'intelligence.
Le monde, les idées, la culture n'ont progressé que parce que certains ont été capables de penser "out of the box". Ceux-là n'ont hélas jamais fait l'unanimité immédiate, il faut du temps, et le dévouement de nombreuses personnes pour évoluer. L'important cependant est que cette évolution se produit et que la vérité finit par voir le jour.

6.Posté par Christine arnaud le 20/06/2011 10:48
bonjour.

la n'est pas la question.
L'article de mr Roux concerne la psychiatrie et les "drogues" psychédéliques.
Il est donc convenable, par politesse et soucis de clarté de ne pas s'égarer.

Étymologiquement le mot psychédélique viens du grec ancien, qui veut dire "qui révèle l’esprit", ce qui est on ne peut plus explicite quant à l'utilisation de ses substances.

je réitère donc ma question :
Quelles sont vos connaissances concrètes ou appliquées de la kétamine et du LSD ?
Etes-vous sûrs de maitriser le sujet que vous êtes en train de diaboliser ?

cordialement.

7.Posté par Victoire le 20/06/2011 16:15
Chère Madame, je ne parle pas au nom de M. Roux mais loin de moi l'idée de diaboliser quoi que ce soit.
J'ai personnellement étudié pendant de longues années les effets des drogues sur l'esprit et le corps, j'ai personnellement été témoin des ravages du LSD sur les vies de centaines de personnes.
Etes-vous en train de dire que l'utilisation de ces substances est tout à fait légitime puisqu'elle prétend "révéler l'esprit" ? Voulez-vous dire que les personnes l'ayant utilisé ont une plus grande conscience - et donc une meilleure intelligence - de l'environnement et de ceux qui les entourent ? Bref, qu'il faut des drogues pour pouvoir enfin "révéler l'esprit" ? Le LSD cause hallucinations, distorsions des sens et autres sentiments indésirables. Il est à la source de moins de conscience et donc diamétralement opposé à une révélation de l'esprit qui suppose, elle, davantage de conscience.
L'utilisation du LSD par la CIA dans les années 60 a fait grand bruit et les témoignages de ceux qui en firent les frais sont pour le moins horribles. Ceux qui les administraient à des fins plus que douteuses n'auraient certainement pas voulu en prendre eux-mêmes. Franchement, je ne souhaite cela à personne.

8.Posté par Damien le 20/06/2011 17:12
Bonjour,

vous mentionnez que le LSD pourrait être utilisé pour traiter la dépression. Pourrais-je vous demandez vos sources? Sur quel article vous basez-vous? Car a ma connaissance, le LSD a été testé pour soigner certains troubles psychologiques (alcoolisme, peur de la mort pour des cancers en phase terminale,...), mais jamais pour la dépression clinique. Cela m'intéresse fortement.

Deuxième point, ce ne sont pas les psychiatres qui tentent d'analyser le fonctionnement de la kétamine, mais des biologistes, pharmacologues, biochimistes,...
De plus, l'action contre la dépression ne viendrait pas de la plasticité membranaire accrue (ce que vous appelez "reconnections entre les neurones") mais de sa capacité à accroitre le taux de dopamine par un phénomène encore mal connu. Des éléments de réponses apparaissent ici: http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/sante/20110616.OBS5280/un-anesthesique-contre-la-depression.html

Et au passage, j'aimerai comprendre pourquoi vous affirmer que les reconnections entre les neurones sont "absolument impossible à prouver bien entendu".

Et si vous souhaitez comprendre comment marche les différents tests et les résultats qu'a obtenu la kétamine, je vous invite à lire cette article (j'imagine que vous avez accès aux articles scientifiques puisque vous vous permettez d'en parlez): http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19481572
Il s'agit d'une "review"! Vous trouverez tous les articles se rapportant au sujet en citation. Cela vous permettra d'aller lire les modes opératoires et vous pourrez ainsi les critiquer de manière un peu plus constructive (j'avoue que des simples affirmations sans commentaires, ça me laisse dubitatif).

Et dernier point très important. Vous ne semblez pas comprendre ce que ces découvertes signifient. Jamais la kétamine ne sera vendue en tant que médicament pour soigner la dépression... Ces recherches sont surtout importantes car elles ont découvert une nouvelle cible thérapeutique pour lutter contre la dépression! Mais il va falloir attendre encore longtemps avant de voir ces médicaments arrivés sur le marché.

J'espère avoir pu éclairer quelques points!
Meilleures salutations.

9.Posté par Eric Roux le 20/06/2011 17:33
Bonjour Damien, Outre le fait qu'il me parait très étrange que cet article de mon blog posté il y a un an puisse déclencher aujourd'hui un tel engouement dans les dernières 24 heures, je vais vous répondre très franchement. Une référence concernant la volonté (criminelle à mon sens) d'utiliser le LSD pour traiter la dépression est ici : http://www.lexpress.fr/actualites/2/des-scientifiques-invitent-a-voir-autrement-les-psychotropes_913179.html
Pour le reste, je dois vous avouer que je ne vais pas discuter des élucubrations pseudo scientifiques pleines de conditionnel (exemple : "ne viendrait pas de la plasticité membranaire accrue...", "par un phénomène encore mal connu..."). Mon point de vue est celui que je donne dans l'article, il est basé sur une expérience directe des dégâts que causent ces drogues, associée à un certain bon sens qui semble avoir déserté l'âme de ceux qui espèrent justifier l'injustifiable par quelques pseudo-études dignes de la psychiatrie nazie ou de la psychiatrie soviétique.
Soyez dubitatifs... jusqu'à ce qu'un membre de votre famille en fasse les frais. A moins que même cela ne vous fasse pas changer d'avis. Que vous dire ? Je rêve d'un autre monde, plus sain et plus rationnel, et je m'attelle à la tâche.

Nouveau commentaire :
Twitter