Eric Roux, Scientologie
Le blog
Eric Roux
Eric Roux
Ministre du culte de L'Eglise de Scientologie, après 25 années passées dans le clergé de l'Eglise, Eric Roux est aujourd'hui le président de l'Union des Eglises de Scientologie de France et Vice Président du Bureau Européen de L'Eglise de Scientologie pour les affaires publiques et les droits de l'homme.
Ce blog est une initiative personnelle destinée aux gens qui s'intéressent à la spiritualité, ou à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la scientologie, à ceux qui pensent que la liberté de conscience est un droit fondamental qui mérite d'être défendu, à mes coreligionnaires ou encore à ceux qui sont curieux...

Cliquez pour en savoir plus

Pour lire des extraits :


Recherche


Partager ce site

Galerie (cliquez dessus pour plus d'images)


Derniers tweets
Eric Roux : J'aime une vidéo @YouTube : "A vallások üldözésének katasztrófális következményei - Szcientológia" à l'adresse
Samedi 9 Décembre - 23:33
Eric Roux : Hungarian governmental party leader crackdown on Islam https://t.co/wt62UK9gJI
Mardi 28 Novembre - 20:52
Eric Roux : Russia: Exploring Interfaith Dialogue and Freedom of Religion - A conference and debate https://t.co/JwO5VSblQh
Mardi 28 Novembre - 10:14
Eric Roux : NGOs Condemn Persecution in China and Propaganda in Korea, Hong Kong, and Taiwan against the Church of Almighty God https://t.co/sesobI0gCw
Mardi 28 Novembre - 09:00
Eric Roux : Russia: Exploring Interfaith Dialogue and Freedom of Religion - A conference and debate https://t.co/JwO5VSblQh
Mercredi 22 Novembre - 12:37
Eric Roux : Report: Persecution of the Church of Almighty God in China https://t.co/gPuwxpO63s
Samedi 18 Novembre - 14:20








Réflexions


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile
Scientologie : La Cour de Cassation confirme la condamnation de l’Etat français pour faute lourde et déni de justice
Communiqué de Presse – Pour diffusion immédiate – 28 Mars 2017
Union des Eglises de Scientologie de France

Le 24 novembre 2015, la Cour d’appel de Paris avait condamné l’Etat français à verser 35 000 euros à l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie-Celebrity Centre et quatre de ses membres pour déni de justice et faute lourde.

L’association scientologue avait soutenu devant le juge que le fait pour le parquet d’avoir requis sa dissolution dans un procès en 2009 était non seulement illégal, mais constituait une faute lourde pour laquelle l’Etat devait être condamné. La Cour d’appel de Paris lui avait donné raison en disant : « …que cette déficience caractérisée du parquet, quand bien même le tribunal, faisant une exacte application de la loi en vigueur n’a pas prononcé la dissolution de l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie Celebrity Centre, caractérise la déficience du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi. »

L’Etat avait été aussi reconnu coupable de déni de justice pour avoir violé le droit de l’association et de certains de ses membres à recevoir justice dans un délai raisonnable.

Mécontent du résultat, c’est cette décision que l’Etat avait entendu contester devant la Cour de Cassation. Cette dernière a rendu sa décision dans un arrêt du 22 mars 2017, confirmant en tous points la décision de la Cour d’Appel, et estimant que l’Etat était irrecevable à en contester la teneur.

Il s’agit là de la deuxième décision de la Cour de Cassation en faveur de l’Eglise de Scientologie depuis le début de l’année. En effet, le 12 janvier, la plus haute instance judiciaire du pays avait déjà confirmé la condamnation de l’association UNADFI (Union des Associations de Défense des Familles et de l’Individu) qui s’était constituée partie civile illégalement et en toute mauvaise foi contre les scientologues dans la même affaire (2009), une procédure pénale qui aura donc été marquée par une « déficience caractérisée du parquet » et une unique partie civile qui « a fait preuve de mauvaise foi et a abusé de son droit d’agir en justice ».

La religion scientologue est pratiquée en France depuis les années 1950, et ses églises comptent des dizaines de milliers de fidèles dans l’hexagone et des millions dans le monde. Si la France ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte, elle garantit leur libre exercice. Autour de nous, la religion scientologue est une religion reconnue au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Hollande, en Suède, par les tribunaux allemands, etc., et les programmes humanitaires de l’Eglise touchent des dizaines de millions de personnes dans le monde chaque année. Pour plus d’informations, consultez www.scientologyreligion.fr.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (4) | Permalien


Communiqué du 17 janvier 2017
Eglise de scientologie


La Cour de Cassation confirme la condamnation de l’UNADFI face à L’Eglise de Scientologie
Le 12 janvier 2017, la Cour de Cassation a rendu un arrêt dans lequel elle rejette un pourvoi de l’UNADFI (Union des Associations de Défense des Familles et de l’Individu), qui se plaignait d’avoir été condamnée par la Cour d’Appel de Paris pour abus de droit.
 
En effet, l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie - Celebrity Centre (ASES-CC) avait assigné l’UNADFI en lui reprochant d’avoir commis un abus de droit, en se portant partie civile contre l’Eglise dans un procès qui s’était déroulé en 2009 pour la première instance et en 2011 pour l’appel. L’Eglise de Scientologie estimait que cette constitution de partie civile abusive avait pollué les débats judiciaires, et que la mauvaise foi de l’UNADFI était caractérisée par le fait que cette dernière savait pertinemment bien qu’elle était irrecevable, mais que son seul but était de nuire à l’Eglise et d’influencer illégalement les débats judiciaires en cours.
 
En novembre 2015, la Cour d’appel de Paris a donné raison à l’Eglise de Scientologie en reconnaissant qu’il était « certain que la présence de l’UNADFI a influencé le déroulement du procès et le fond des débats », et en jugeant que la mauvaise foi de l’UNADFI était établie. La Cour avait aussi estimé que les propos « cette demande est le fruit de l’arrogance d’une association présente à tous les niveaux de l’Etat, se sachant soutenue par la MIVILUDES et le Ministère de la Justice, assurant depuis plus de 13 ans des formations aux magistrats du siège, et que tous les ministères importants, y compris le Premier Ministre, financent à coût de centaines de milliers d’euros », tenus par l’ASES-CC, n’étaient pas diffamatoires.
 
L’UNADFI avait été condamnée à verser 21 000 euro à l’ASES-CC et à ses membres. Elle s’était pourvue en Cassation.
 
C’est cette décision que la Cour de Cassation a confirmé aujourd’hui, en rejetant toutes les prétentions de l’UNADFI, estimant qu’il était manifeste que les arguments soulevés par l’UNADFI ne pouvaient entraîner la Cassation.
 
Pour le Président de l’Union des Eglises de Scientologie de France, Eric Roux : « Il s’agit là d’une décision importante, non seulement pour l’Eglise de scientologie, qui voit ainsi confirmer par la juridiction suprême le fait que l’UNADFI a été la source d’une influence indue autant qu’illégale dans le procès en question, mais pour la justice en général, puisqu’aujourd’hui il faut réfléchir à deux fois avant de se constituer partie civile dans un procès sans légitimité et en toute mauvaise foi. Il faut maintenant que l’UNADFI tire les leçons de ce cuisant échec, mais aussi que les pouvoirs publics réalisent que lorsqu’ils soutiennent financièrement de telles actions, ils sont complices dans l’illégalité et dans l’abus. »
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Quand l'Eglise de Scientologie accueille un sommet destiné à résoudre la violence des gangs
Le 17 juillet 2016, dans le Centre communautaire de l'Eglise de Scientologie de South Los Angeles, s'est tenu à l'initiative des rappeurs Snoop Dogg et The Game, et de Nation of Islam, un sommet destiné à en finir avec la violence qui règne dans ces quartiers les plus dangereux de Los Angeles. Les membres des deux principaux gangs rivaux (les Crips et les Bloods) se sont réunis par centaines, et ont signé un traité de paix. 

L'évènement a réussi l'exploit de réunir des rappeurs, les gangs, le chef de la police de Los Angeles Charlie Beck, Nation of Islam et le maire de South Los Angeles Eric Garcetti, tous unis pour en finir avec la violence meurtrière des gangs. 

Quelques photos :
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Palais de justice de Bruxelles
Palais de justice de Bruxelles
Le 11 mars dernier, le Tribunal correctionnel de Bruxelles rendait un jugement historique. Après dix-huit années d'instruction, deux mois de procès et trois mois de délibéré, les juges ont mis fin à dix-huit ans de harcèlement judiciaire à l’encontre de l’Eglise de Scientologie et de ses membres, dans un jugement de 173 pages extrêmement motivé, par lequel l’ensemble des prévenus, incluant l’Eglise de Scientologie de Belgique, douze de ses membres, et le Bureau des Droits de l’Homme de l’Eglise de Scientologie Internationale, ont été acquittés. Le Parquet Fédéral Belge n’a pas contesté la motivation et n’a pas fait appel, et cette décision historique est maintenant définitive.

Le tribunal, après avoir examiné en détail l’ensemble des accusations et avoir constaté qu’aucune n’était fondée ni en droit ni en fait, a fermement condamné l’attitude du Parquet et des enquêteurs en cela qu’ils avaient voulu faire le procès d’une religion et d’une doctrine et avaient instrumentalisé les prévenus pour ce faire, sans que ceux-ci ne puissent à aucun moment bénéficier d’un procès équitable.

Il s’agit là d’une énième décision favorable à l’Eglise de Scientologie, qui aujourd’hui est reconnue comme une religion par la Cour Suprême du Royaume Uni, par la Cour de Cassation italienne, par l’Audiencia Nacional espagnole, comme elle l’est en Suède, en Hollande, au Portugal, en Allemagne, etc.

Je vous livre ici une analyse juridique de la décision sous forme de résumé. Ceux qui veulent lire la décision en entier la trouveront en cliquant ici.

Avant cette analyse, je vous livre un extrait vidéo de l'émission que j'avais faite à la RTBF quelques jours avant le début du procès (Devoir d'enquête, diffusé le 21 octobre 2015), et dans lequel j'avance des arguments qui semble-t-il ont trouvé un écho favorable dans le jugement quelques mois plus tard (et malheureusement aussi un écho moins favorable dans l'actualité qui a suivi en novembre à Paris et en mars à Bruxelles). Je vous laisse juge. 

Voici la vidéo et le résumé de la décision :
 
 
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Speech au congrès américain
Le 22 mars, j'étais invité par l'International Religious Freedom Roundtable à Washington pour intervenir dans le locaux du congrès américain lors d'un panel sur la liberté religieuse et le terrorisme en Europe. Sur la photo je partage la scène avec Brian J. Grim, Engy Abdelkader, et Timothy Head, tandis que dans la salle de nombreux congressmen de tous bords sont là, ainsi que des membres du Département d'Etat, de USCIRF (US Commission on International Religious Freedom), des organisations de défense des droits de l'homme, des militaires et de nombreux leaders religieux.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Belgique: le tribunal rejette toutes les accusations contre la scientologie
Ce vendredi 11 mars, dans une décision extrêmement motivée de 173 pages, le Tribunal correctionnel de Bruxelles a mis fin à 18 années de harcèlement judiciaire à l'égard de l'Eglise de scientologie de Belgique et de ses membres, en estimant qu'aucun des faits reprochés n'avait été prouvé et que le procureur et les enquêteurs s'étaient fourvoyés en voulant faire le procès d'une philosophie religieuse au mépris des droits fondamentaux des scientologues et de l'Eglise.

Cette décision est la conclusion d'une enquête de plus de 18 ans menée par les services du procureur, d'un procès public qui a duré 2 mois, et de 3 mois supplémentaires de délibéré que les juges ont mis à profit pour tout examiner à nouveau.

Elle est certainement l'une des plus intelligentes, des plus motivées et des plus poussées qu'il m'ait été donné de lire.

Je vous en livre ici quelques extraits qui résument les constatations du tribunal.

Sur les faits et les infractions reprochés, pour lesquels les juges ont tenté de manière extrêmement poussée et sans aucune complaisance de voir s'ils pouvaient être constitués :

p157
« Comme exposé précédemment, le tribunal a tenté en vain, tant au cours des longues séances d'interrogation des prévenus lors de l'instruction d'audience, que par l'audition de témoins, par ses demandes de précisions formulées tout au long des débats et en particulier lors du réquisitoire oral du ministère public, puis lors de l'examen minutieux et détaillé du dossier répressif, et ce compris les pièces à conviction au greffe, de comprendre les poursuites intentées par la partie poursuivante à l'égard des prévenus. »


Sur l'enquête et ses errances :

P147
« L'analyse qui a été faite tant des préventions d'organisation criminelle et d'association de malfaiteurs, dont il a déjà été question, que certaines autres dont il sera question ci-après d'une part, mais également et surtout le réquisitoire oral que le ministère public a exposé pendant une dizaine d'heures d'autre part, laissent apparaitre qu'en réalité, ce qui a été visé, ce ne sont pas tellement les comportements infractionnels individuels de chacun des prévenus, mais que de manière générale ce qui semble poser problème à la partie poursuivante, c'est l'idéologie ou la philosophie constituée par l'enseignement de Monsieur Ron Hubbard au travers de la scientologie.

p 148
« En d'autres termes, avant d'être le procès de chacun des quatorze prévenus poursuivis devant le tribunal de céans, c'est en priorité le procès de la scientologie, au sens doctrinaire du terme, que la partie poursuivante a entendu mener. »

p149
« ... Il va de soi que cette manière d'articuler son réquisitoire ne laisse planer aucun doute quant au fait que, dans l'esprit de la partie poursuivante, ce qui est en premier lieu visé, c'est la pensée scientologue elle-même, que le tribunal devrait sanctionner au travers de la condamnation des prévenus.
Les constatations de la Sureté de l'Etat, après analyse de certaines pièces du dossier, ne vont d'ailleurs pas dans un autre sens. »


p150
« Or, les éléments qui viennent d'être exposés démontrent, selon le tribunal, que si les prévenus sont poursuivis dans la présente cause, c'est d'abord parce qu'ils sont des adeptes de la scientologie, ce dont ils ne se sont d'ailleurs jamais cachés. Le ministère public est bien évidemment libre de la manière dont il entend mener les poursuites et de la façon dont il estime devoir présenter un dossier au tribunal, mais il n'en demeure pas moins que cet a priori, sous l'angle duquel les causes ont été exposées au tribunal, est de nature à obliger les prévenus à devoir défendre en premier lieu la doctrine à laquelle ils ont adhéré, avant même de pouvoir envisager leur défense relativement aux faits et comportement concrets qui leur sont reprochés. A l'instar d'un prêtre catholique accusé de pédophilie ou d'escroquerie aux aumônes, ou d'un terroriste, responsable de l'un ou l'autre attentat, dont les comportements criminels ne se jugeraient pas en fonction des enseignements de la Bible ou du Coran ou de certains de leurs passages, parfois pourtant très explicites, les actions des prévenus ne peuvent être considérées comme infractionnelles uniquement sur la base des écrits idéologiques et doctrinaux de leur croyance, à charge pour eux de démontrer le contraire. Une telle exigence reviendrait à imposer aux prévenus de prouver leur innocence, le ministère public se contentant de démontrer que le caractère d'incitation au crime ou au délit, contenu, selon lui, dans les écritures scientologues, suffit à présumer de la culpabilité des prévenus, les quelques éléments concrets cités au dossier ne faisant quant à eux qu'étayer cette présomption de culpabilité. »
 
p 156
« En l'espèce, comme il a été exposé ci-dessus, la partie poursuivante (et les enquêteurs, clairement animés d'un même a priori négatif) entendait voir juger avant toute chose, la doctrine même de la scientologie, développée par Monsieur Ron Hubbard, les prévenus poursuivis n'étant, dans cette optique, que le véhicule nécessaire pour y accrocher les préventions considérées comme présentes au sein de l'enseignement scientologue. »
(…)
« De par cette approche, les prévenus furent, la plupart du temps, présumés coupables de par le simple fait d'être membre actif au sein de leur Eglise. »


Le tribunal a finalement déclaré l'ensemble des poursuites irrecevables pour "atteinte grave et irrémédiable au droit à un procès équitable".


 

Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Et de deux...


Mardi 24 novembre 2015, la Cour d’appel de Paris a condamné l’Etat français pour faute lourde et déni de justice à l’encontre de l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie- Celebrity Centre.

L’association scientologue avait soutenu devant le juge qu’en 2009, le fait pour le parquet de requérir sa dissolution était non seulement illégal, mais constituait une faute lourde pour laquelle l’Etat devait être condamné. C’est maintenant chose faite puisque la Cour d’appel de Paris lui a donné raison : « le ministère public qui, aux termes de l’article 31 du code de procédure pénale “exerce l’action publique et requiert l’application de la loi”, se doit en toutes circonstances de maîtriser les textes de loi et de connaître les évolutions ou modifications du droit positif en vigueur ; que cette déficience caractérisée du parquet, quand bien même le tribunal, faisant une exacte application de la loi en vigueur n’a pas prononcé la dissolution de l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie Celebrity Centre, caractérise la déficience du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi. »

L’Etat a été aussi reconnu coupable de déni de justice pour avoir violé le droit de l’association et de certains de ses membres à recevoir justice dans un délai raisonnable, et condamné à verser 35 000 euro à l’association et à ses membres.

Il s’agit de la deuxième victoire judiciaire du mois en France pour l’Eglise de Scientologie, puisque la semaine dernière, l’association UNADFI a été condamnée par la Cour d’appel de Paris à verser 21 000 euro à l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie- Celebrity Centre pour abus de droit, pour s’être constituée et maintenue illégalement et en toute mauvaise foi comme partie civile contre l’Eglise dans la même affaire (voir ici : http://www.ericroux.com/Assignee-par-l-Eglise-de-Scientologie-l-UNADFI-condamnee-par-la-Cour-d-appel-de-Paris_a299.html).
L’Eglise de scientologie fait condamner l’Etat pour faute lourde et déni de justice
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Assignée par l’Eglise de Scientologie, l’UNADFI condamnée par la Cour d’appel de Paris

Communiqué – 20 novembre 2015 – Pour diffusion immédiate

L’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie-Celebrity Centre (ASES-CC) et deux de ses membres avaient assigné l’association UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu) devant la juridiction parisienne, estimant que cette association avait commis un abus de droit, en se portant partie civile contre l’Eglise dans un procès qui s’était déroulé en 2009 pour la première instance et en 2011 pour l’appel. L’Eglise de Scientologie estimait que cette constitution de partie civile abusive avait pollué les débats judiciaires, et que la mauvaise foi de l’UNADFI était caractérisée par le fait que cette dernière savait pertinemment bien qu’elle était irrecevable, mais que son seul but était de nuire à l’Eglise et d’influencer illégalement les débats judiciaires en cours.

Dans son arrêt du 20 novembre 2015, la Cour d’appel de Paris a donné raison à l’Eglise de Scientologie en reconnaissant qu’il était « certain que la présence de l’UNADFI a influencé le déroulement du procès et le fond des débats », et en jugeant que la mauvaise foi de l’UNADFI était établie tant dans sa constitution de partie civile initiale devant le Tribunal de première instance que lors de sa présence devant la Cour d’appel en 2011.

Ainsi la Cour d’appel de Paris a jugé que :

« L’UNADFI a fait preuve d’une mauvaise foi manifeste en se constituant partie civile sur le fondement de l’article 2-17 du code de procédure pénale dans l’instance pendante devant le tribunal correctionnel et qu’elle a de ce fait commis un abus du droit d’ester en justice. (…)

Il s’ensuit qu’en choisissant de tels fondements qu’elle savait inévitablement voués à l’échec, l’UNADFI a fait preuve de mauvaise foi et a abusé de son droit d’agir en justice. Sa mauvaise foi est au demeurant parfaitement illustrée par les déclarations faites par Madame Catherine Picard, le 26 novembre 2009, à l’occasion d’un colloque, aux termes desquelles elle a affirmé que l’UNADFI ferait appel du jugement du 27 octobre 2009 “même si sa demande sera rejetée puisque les faits sont antérieurs à la loi About-Picard. A priori nous ne pouvons pas nous porter parties civiles. Mais pour l’exemple et pour le symbole, nous irons en appel.” »


L’UNADFI a été condamnée à verser 21 000 euro à l’ASES-CC et à ses membres.

Pour le Président de l’Union des Eglises de Scientologie de France, Monsieur Eric Roux : « Cette décision est non seulement très juste, mais elle a des incidences à plusieurs niveaux. D’abord, elle montre que la présence illégale de l’UNADFI dans un procès qui a mené à la condamnation de l’ASES-CC a faussé et pollué les débats, ceci posant le problème de l’équité de la procédure. Ensuite elle rappelle à l’UNADFI qu’elle n’est pas au dessus des lois, et marque la fin d’une impunité de laquelle l’UNADFI pensait pouvoir bénéficier ad vitam aeternam. Enfin, cette décision pose la question du gaspillage de l’argent public que représentent les centaines de milliers d’euro versés à l’UNADFI chaque année par l’Etat. Cet argent du contribuable peut être utilisé illégalement (comme en l’espèce) afin de nuire à des mouvements spirituels et religieux pacifiques, au lieu d’être donné à des associations qui s’occupent des véritables problèmes de notre société. »

Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (2) | Permalien


Communiqué de presse


Italie : la plus grande Eglise Idéale de Scientologie au monde inaugurée à Milan
Encore un accomplissement historique pour finir une année de progrès incomparable pour la religion de Scientologie : L'EGlise de Scientologie idéale la plus récente sur terre vient d'ouvrir ses portes samedi 31 octobre 2015 devant 8000 scientologues et officiels italiens enthousiastes et heureux de partager ensemble ce moment où a été dévoilée dans la capitale européenne du style et de la sophistication une Église Idéale d'une taille et d'une majesté inégalées. 

Monsieur David Miscavige, Président du Conseil d'Administration du RTC (Centre de Technologie Religieuse), arrivé directement d'Angleterre où il a inauguré l'Eglise Idéale de Saint Hill le 18 octobre dernier et célébré le 31e anniversaire de l'Association Internationale des Scientologues le 23, a innauguré cette nouvelle Eglise Idéale de Milan. 

« Je suis honoré au plus haut point de me joindre à vous en ce jour qui dépasse tous les jours qui ont précédé. Car s'il est une cité destinée à devenir le siège d'une Eglise Idéale, c'est bien Milan. Cette cité de splendeur multiséculaire, tournée vers le futur ; cette cité de seigneurs et de gloire ; cette cité d'une incroyable énergie et dont la créativité fait partie de son âme ; cette cité véritablement idéale. Effectivement, nous célébrons une Eglise aussi idéale qu'il est possible de l'être. Et donc une Eglise qui est l'incarnation vivante de cette maxime de Ron Hubbard : « Le soleil ne se couche jamais sur la Scientologie ». Aussi, ce bâtiment est un hymne au futur, un hymne à la renaissance grâce à la Scientologie, une renaissance de la vie éternelle ». 

La plus grande organisation de Scientologie idéale au monde comprend un bâtiment de près de 10 000 m² autour d'une cour dégagée de 2000 m², le tout sur un terrain de 0,6 hectare. Proéminente à l’extrême, la nouvelle église se dresse au bord de l'avenue Fulvio Testi qui mène au célèbre parc de Milan Nord. L'ensemble couvre un bloc entier dans le quartier en pleine expansion de Bicocca. 

Plusieurs personnalités italiennes travaillant en étroite collaboration avec l’Église pour la création d'un monde meilleur se sont jointes aux scientologues lors de cette inauguration. Ainsi, se sont succédés à la tribune Monsieur Gianfranco Tucci, Conseiller municipal de Milan, Monsieur Marcello Arena, Directeur des activités sportives de la police de Milan, Monsieur Carlo Proserpio, membre du Conseil exécutif du Conseil national des associations commerçantes de Milan, Monsieur Gelek Yakar, Président du Centre Mandala pour la préservation culturelle du Tibet et Monsieur Fabio Bergomi, du Conseil exécutif pour le volontariat, pour la zone métropolitaine de Milan. 

M. Tucci a souhaité la bienvenue à l’Église dans ses nouveaux quartiers : "le fait d'avoir une Église de Scientologie d'une telle dimension dans notre quartier, non seulement intègre nos réalités sociales et culturelles multiples, mais sert de point de référence et de lieu de rencontre pour tous ceux voulant améliorer la qualité de vie pour les gens qui y vivent. Et pour cela, vous avez mon soutien durable et tous mes remerciements." 

M . Arena a parlé du partenariat avec l’Église pour une large diffusion de l'information sur ce que sont les drogues dans toute la cité : « L'initiative pour un Monde Sans drogue de l’Église de Scientologie m'a amené à avoir une très haute considération pour les scientologues. Ce que vous faites est remarquable. Et l'union entre les forces institutionnelles et les forces de bénévoles est ce qui va amener une véritable amélioration de la société. Dans cet esprit, j'aimerais beaucoup beaucoup pouvoir utiliser votre auditorium pour mes prochains congrès des corps de police locales et mes prochains événements. J'espère que cela ne vous dérange pas si nous venons ici tout le temps ! » 

Puis M. Yakar a pris la parole pour souligner l'impact de Ron Hubbard, le fondateur de la Scientologie, sur la tolérance et le respect mutuel : « l’œuvre de M. Hubbard a été préservée, lue et écoutée par des millions de personnes sur cette planète. Nous devons le remercier pour ce qu'il a fait, pour sa sagesse. Ses mots ont laissé une empreinte sur l'âme de tant d'individus. Pour moi, je ne peux que le remercier pour avoir inspiré les scientologues et ainsi avoir suscité un mouvement international pour apporter le respect pour chaque être vivant, non seulement en Italie, mais dans le monde entier. » 

Ensuite, M. Proserpio a déclaré avoir trouvé, avec les membres de l’Église de Scientologie de Milan, des personnes qui partagent sa vision pour la communauté et déterminées à fournir le travail nécessaire pour la mettre en œuvre : « Dans cette nouvelle Église, il y a des gens qui souhaitent changer la société pour l'améliorer. Des gens qui font un travail effectif pour venir à bout de la drogue et pour recouvrer ces valeurs morales que chacun d'entre nous reconnaît comme justes et importantes. Alors, j’espère que vous continuerez à m'aider à créer une zone idéale dans cette zone de Milan, une zone dans laquelle tout le monde peut vivre en se respectant les uns les autres, en s'aidant et en prospérant. Alors merci pour ce que vous avez fait et pour ce que vous allez faire. » 

Finalement, M. Bergomi a parlé du travail de PROCIVIDOS, les volontaires de la protection civile de la communauté scientologue, appelés les Ministres Volontaires de Scientologie, qui répondent aux besoins d'urgence de leurs communautés : « Quand la rivière Seveso est sortie de son lit en novembre dernier, vous avez immédiatement réagi à la première alerte et vous êtes arrivés sur les lieux dans le milieu de la nuit. Et vous l'avez fait avec cette esprit rayonnant qui vous pousse à tout faire pour aider les autres. Ce qui est la raison pour laquelle je vous suis extrêmement reconnaissant de participer au mouvement des volontaires de notre ville de Milan. » 

L'Eglise Idéale de Milan reflète parfaitement la grandeur de cette ville légendaire – un exemple époustouflant de style et un modèle pour les organisations de Scientologie en Italie et dans le monde. Une élégance intemporelle émane de son marbre, de ses boiseries et de son acier inoxydable avec des touches de rouge qui rappellent les Ducati et Ferrari fabriquées dans la région. L'ensemble comprend un vrai restaurant et un café. La chapelle de Milan est la plus grande de toutes les Eglises idéales et peut accueillir les services du dimanche, les mariages de même que tous les événements organisés par des scientologues ou non scientologues. 

Son vaste Centre d'Information Publique présente plus de 500 films montrant les croyances et pratiques de la Scientologie ainsi que la vie et le leg de son fondateur, Ron Hubbard. Le Centre d'Information offre une vue détaillée des nombreux programmes humanitaires parrainés par l’Église. Ces derniers comprennent une campagne mondiale d'éducation aux droits de l'Homme, une campagne d'éducation aux dangers de la drogue, un réseau de centres d'apprentissage et d'alphabétisation ainsi que le programme des Ministres Volontaires, la plus grande organisation indépendante de secours d'urgence. 

L'Eglise Idéale de Milan comprend également de nombreuses salles de séminaires et des salles de cours, en plus d'un étage entier dédié à l'audition de Scientologie (le conseil pastoral). 

-------------------------------------------- 

L’Église de Scientologie à connu une expansion plus grande au cours des 10 dernières années qu'au cours des 50 années précédentes. Les 10 premiers mois de 2015 ont été marqués par des accomplissements historiques pour la religion et ses programmes humanitaires, avec notamment : 

- l'inauguration de l’Église idéale de Saint Hill, le 18 octobre, le lieu où Ron Hubbard a fait des percées majeures pour ouvrir les niveaux les plus élevés du Pont pour la Liberté Totale ; 

- L'ouverture de nouvelles retraites religieuses à Los Angeles les 3 et 10 octobre, juste à quelques pas de l'organisation avancée de Los Angeles ; 

- la mise en service d'un magnifique centre Narconon à Ojai, en Californie, spécialement destiné à la réhabilitation des artistes et leaders touchés par la drogue et l'alcool ; 

- l'ouverture le 12 septembre d'un Narconon continental pour l'Amérique latine à Villa Victoria, au Mexique, pour apporter la technologie de réhabilitation des drogues à travers les 21 pays d'Amérique latine. 

- l'inauguration le 5 septembre de Narconon Royaume Uni en tant que centre de réhabilitation et d'entraînement, situé dans le Sussex au sud de l'Angleterre ; 

- l'ouverture également le 5 septembre du Narconon continental pour l'Europe au Danemark, près du lac Arreso ; 

- l'inauguration le 8 août de l’Église idéale de Scientologie de Tokyo, dans le cœur de la ville, à Shinjuku 

- L'ouverture le 18 juillet du Bureau de liaison continental pour le Royaume Uni à East Grinstead, en Angleterre ; 

- l'inauguration le 11 juillet du Centre d'information sur la scientologie dans la ville des quartiers généraux de la Scientologie, à Clearwater en Floride, pour rendre disponibles les programmes humanitaires parrainés par l'Eglise à l'ensemble de la communauté ; 

- l'ouverture de l’Église de Scientologie idéale de Bogota en Colombie le 5 juillet ; 

- l'ouverture en avril de l’Église de Scientologie idéale de Bâle, à la convergence de 3 frontières (Suisse-France-Allemagne). 

D'autres ouvertures sont prévues en Australie, en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord avant la fin de l'année.

Quelques photos de la nouvelle église à Milan :
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Le 14 juin, j'étais invité à intervenir lors de la conférence "laïcité et diversité religieuse" organisée par le CLIMS (Centre de liaison et d'information concernant les mouvements spirituels) dans le centre protestant John Knox à Genève.


A mes cotés :

M. Maurice Gardiol, Président du Conseil de l’aumônerie œcuménique des prisons, trésorier de la Plateforme interreligieuse de Genève et Président de la Commission 1 (principes généraux) de la Constituante de Genève,
M. Jean-Claude Kolly, Président du CLIMS, 
Le Révérend William McComish, ancien doyen de la Cathédrale de Genève, 
M. Ireneo Namboka, Conseiller aux des Nations unies pour la formation et la recherche, 
Me Yves Nidegger, Conseiller National
M. Hafid Ouardiri, Directeur de la fondation de l'Entre-connaissance,
M. Thierry Bécourt, Président CAP LC, 
M. Jacques Dubreuil, Président de l'Omnium des libertés, 
M. Jean-Luc Martin Lagardette, journaliste et essayiste.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Contribution au livre "Belief, Law and Politics, What Future for a Secular Europe?"
Pour ceux qui parlent anglais, voici le chapitre que j'ai écrit dans le livre "Belief, Law and Politics, what future for a secular Europe?", aux cotés des plus grands experts européens en droit des religions, suite à la publication du rapport "Religare ", financé par la Commission Européenne, résultat de 3 années de recherche par les experts du projet.

Ce chapitre que j'ai écrit est le dernier chapitre du livre. Le premier, qui suit le rapport Religare, est écrit par Heiner Bielefeldt, Rapporteur Spécial de l'ONU sur la liberté de religion et de conviction, et nous ne sommes que deux français à avoir écrit un chapitre, dont Frédérique Ast, juriste senior auprès du Défenseur des Droits. 

La référence du livre est ISBN: 978-1-4724-5346-4, et vous pouvez vous le procurer ici : http://www.ashgate.com/isbn/9781472453464

Voici le texte de mon chapitre :
 
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


En ces jours où certains pointent stupidement l'Islam du doigt, et où la controverse fait rage autour des limites de la liberté d'expression, m'est revenu en mémoire l'un des édits de l'empereur Ashoka. Ashoka était un souverain qui régna sur l'empire indien au troisième siècle avant notre ère. D'abord guerrier redouté, il mena des guerres sanglantes pour étendre son empire. Puis il se convertit au bouddhisme, et se racheta par un long règne de paix et de prospérité. Il fit graver dans la pierre une série d'édits célèbres, préceptes moraux et sociaux destinés à former les lois de base de l'empire. L'un de ces édits me semble pour le moins à méditer en ces jours troublés :

"L’Aimé des Dieux, le Roi, honore par ses cadeaux la pureté du cœur et la dévotion issues de toutes les religions. Cependant, aucun homme ne doit mettre sa religion en avant et condamner une autre religion sans bonne raison. Et s’il y a une raison de critiquer une religion, cela doit être fait de manière modérée. Mais il est préférable d’honorer les autres religions. En faisant ainsi, on honore sa propre religion. En critiquant les autres religions, on nuit à sa propre religion. Par conséquent, le contact et l’échange entre les religions est bon. On devrait écouter et respecter les doctrines professées par d’autres. L’Aimé des Dieux, désire que tous connaissent les bonnes doctrines des autres religions. Ainsi, tous chemineront sur la voie de la bienveillance et la vérité morale s’en illuminera. Tel est le souhait du roi."

Ce qui n'est pas sans m'évoquer cet extrait du "Chemin du Bonheur", écrit par L. Ron Hubbard en 1980 :

"Les relations humaines ne peuvent s’édifier que sur une base solide. La tolérance en est une. Lorsqu’on voit les massacres et la souffrance causés par l’intolérance religieuse tout au long de l’histoire de l’Homme depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, on peut voir que l’intolérance entraîne des activités très antisurvie.

La tolérance, en matière de religion, ne veut pas dire qu’on ne peut pas exprimer ses propres croyances. Cela veut dire par contre que chercher à amoindrir ou à attaquer la foi ou les croyances d’un autre a invariablement été un chemin rapide vers les ennuis.

Depuis la Grèce antique, les philosophes n’ont jamais pu se mettre d’accord sur la nature de Dieu, de l’Homme et de l’univers. Les écoles de pensée ont varié d’une époque à l’autre : actuellement, la mode est au « mécanisme »1 et au « matérialisme »2 des philosophies qui remontent à l’Égypte et à la Grèce antique. Elles tendent à affirmer que tout est matière mais, aussi ingénieuses que puissent être leurs explications de l’évolution, elles n’écartent pas la possibilité que des facteurs additionnels puissent exister qui ne feraient qu’utiliser des phénomènes tels que l’évolution. Ce sont aujourd’hui les philosophies « officielles » et elles sont même enseignées dans les écoles. Elles ont leurs fanatiques et ceux-ci ne manquent pas d’attaquer les croyances et les religions d’autrui : ce qui pourrait très bien conduire à l’intolérance et aux conflits.

Si les esprits les plus brillants depuis le cinquième siècle avant Jésus-Christ, ou même depuis des temps plus anciens, n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur la religion ou l’antireligion, c’est que c’est un terrain de mésentente entre les gens dont on ferait bien de se tenir à l’écart.

Pourtant, un principe de grande valeur a émergé de cette multitude de conflits : le droit aux croyances de son choix.

La « foi » et la « croyance » ne s’inclinent pas toujours devant la logique : on ne peut même pas les qualifier d’illogiques, car il peut s’agir de choses tout à fait distinctes.

Le conseil le plus sûr que l’on puisse donner à quelqu’un sur ce sujet est de lui dire simplement de revendiquer le droit à la croyance de son choix. Toute personne est libre de chercher à faire accepter sa foi. Il est risqué de s’en prendre aux croyances d’autrui et il est beaucoup plus risqué encore d’attaquer quelqu’un et de chercher à lui nuire en raison de ses convictions religieuses.

Depuis l’apparition de la race humaine sur notre planète, l’Homme a retiré beaucoup de réconfort et de joie de ses religions. Prenez le « mécaniste » et le « matérialiste » d’aujourd’hui. Ne ressemblent-ils pas aux prêtres d’antan dans leur façon de propager leurs dogmes ?

Les hommes sans croyances sont de bien pauvres bougres. Il est même possible de leur donner quelque chose en quoi croire. Cependant, lorsque vous rencontrez quelqu’un qui a des convictions religieuses, respectez-les.

 
Le chemin du bonheur peut 
devenir un chemin de discorde lorsqu’on 
ne respecte pas 
les croyances religieuses d’autrui."
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Lettre ouverte à Charlie Hebdo

Cher Charlie,

 

En tant que scientologue, j'ai des dizaines de raisons de ne pas t'aimer. Et j'en aurai encore certainement à l'avenir. Mais aujourd'hui, j'ai une raison, 100 fois plus forte que toutes ces raisons réunies, de te présenter non seulement mes condoléances, mais tout mon soutien face à l'horrible épreuve qui s'est abattue sur toi.

 

RIEN ne justifie l'horreur perpétrée aujourd'hui dans tes locaux. RIEN ne justifie le massacre, RIEN ne justifie la douleur infligée aux familles et aux proches des victimes de cet attentat. RIEN ne justifie la terreur que des fous ont voulu répandre aujourd'hui par leur acte sans âme.

 

La haine n'appartient à aucune religion. Elle s'accroche uniquement à celui qui la laisse ronger son cœur, et un jour ou l'autre elle lui fait perdre son humanité. Aujourd'hui, on ne sait pas qui a commis cet acte lâche et monstrueux. On le saura peut-être. Mais ce que je sais déjà c'est qu'il n'y a pas de religion dans leur âme, ni d'Islam dans leur acte. Il y a de la folie et de la haine, c'est tout.

 

Aujourd'hui, il n'est pas question de religion, ou d'absence de religion. Nous devons tous porter le deuil avec ceux qui souffrent directement de cet acte, quels que soient nos idées, notre foi, nos convictions, parce que si nous ne le faisons pas, nous donnons notre accord à ce que la bêtise humaine créé de pire : l'extrémisme et la terreur. La liberté a été durement frappée, et elle doit pourtant rester vivante. Si elle doit inclure nos désaccords, soit. Elle est plus importante que des querelles de chapelles.

 

Porter ce deuil, c'est aussi décider que notre pays doit s'unir, de manière a-confessionnelle autant que multi-confessionnelle, pour répondre fermement à la haine par un message de paix, de tolérance et d'intelligence. Cela ne sera pas facile, mais c'est vital.

 

C'est pourquoi je te présente à toi, et à tous les proches de ceux qui ont perdu la vie dans tes locaux, ainsi qu'aux proches des policiers décédés, mes plus profondes condoléances.

 

Eric Roux

Président de l'Union des Eglises de Scientologie de France

 

 

 

Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (2) | Permalien


Traduction d'un article du Capital Gazette sur une utilisation laïque des découvertes de L. Ron Hubbard sur la purification.


​Annapolis, Maryland : Fonds fédéraux pour un programme de détox de Scientologie pour les anciens combattants
Source : http://www.capitalgazette.com/news/ph-ac-cn-detox-1214-20141214,0,219202.story?page=1

Par Rema Rahman
Le 14 décembre 2014

À Annapolis (état du Maryland, USA), un programme de détoxification soutenu par l’Église de Scientologie traite des anciens combattants souffrant de conditions chroniques liées à la guerre du Golf. Selon des responsables du Pentagone, le programme bénéficie depuis septembre 2010 d’un financement du département américain de la Défense de 633 677 $US. Le bureau d’Annapolis a ouvert ses portes en janvier, nous explique Crystal Grant, la directrice des essais cliniques.

Sept anciens combattants de la guerre du Golf ont déjà terminé le programme et quatre d’entre eux prévoient de le commencer dès l’année prochaine. Un ancien combattant suit actuellement le programme de détoxification, un traitement dont l’objectif est de débarrasser l’organisme des toxines environnementales grâce à de l’exercice, des séances de sauna et des vitamines. 

L’argent fédéral a été accordé à des chercheurs de l’Université d’Albany dans l’état de New York dont le principal responsable est M. David O. Carpenter, directeur de l’Institut universitaire pour la santé et l’environnement. Selon lui, le programme est une « étude préliminaire » dont l’objectif est de découvrir s’il existe des bases scientifiques à la thérapie développée par le fondateur de la Scientologie L. Ron Hubbard pour le programme de détoxification de l’église.

Il nous a expliqué que cette étude était la première du genre a être effectuée par des « personnes indépendantes… de manière rigoureuse et objective. » Grant et Carpenter sont tous deux médecins et travaillent pour l’université. Le programme de recherche relatif aux maladies des anciens combattants liées à la guerre du Golf est mené depuis leur bureau d’Annapolis dans le Centre Santé et bien-être de Severna Park, au sous-sol d’un bâtiment de Conte à quelques minutes de l’autoroute dans la petite ville de Parole.

Outre le financement fédéral, le programme obtient également de l’aide du Heroes Health Fund (« Fonds des héros pour la santé »), une organisation à but non lucratif présidée par l’acteur et scientologue John Travolta. Le groupe a financé des programmes similaires pour des responsables de la sécurité publique dans tout le pays, notamment un programme pour les pompiers du comté d’Anne Arundel (état du Maryland). Le programme d’Annapolis s’adresse particulièrement aux vétérans de la guerre du Golf qui souffrent de la maladie de la guerre du Golf, une condition reconnue par le département de la Défense et le département des Affaires aux anciens combattants américains.

Ce dernier département définit la maladie comme « un ensemble de conditions chroniques médicalement non expliquées qui peuvent comprendre fatigue, maux de tête, douleurs articulaires, indigestion, insomnie, vertiges, troubles respiratoires et problèmes de mémoire. » Les anciens combattants et les travailleurs de la sécurité publique ayant terminé le programme que The Capital a interviewés, nous ont dit que l’épuisement, les maux de tête, douleurs articulaires et troubles du sommeil dont ils souffraient auparavant, se sont considérablement améliorés après la détoxification. 
 
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (1) | Permalien


Hier, 2 octobre 2014, la CEDH (Cour Européenne des Droits de l'Homme) a rendu son jugement dans l'affaire Eglise de Scientologie de Saint Petersbourg et autres contre Russie


L'Eglise de Scientologie gagne à nouveau contre la Russie à la Cour Européenne des Droits de l'Homme
Depuis de nombreuses années, le département de la justice de Saint-Petersburg avait refusé d'enregistrer l'Eglise de Scientologie de St Petersburg en utilisant divers prétextes administratifs. Bien que le caractère religieux de la Scientologie avait été reconnu précédemment par les autorités russes (notamment dans les précédentes affaires similaires gagnées par l'Eglise devant la CEDH), que la Ville de Saint-Petersburg avait fourni des éléments en faveur de l'Eglise, et que l'Ombudsman de Russie (équivalent du Défenseur des Droits chez nous) avait signalé le caractère arbitraire et illégal de la décision du Département de la Justice, le tribunal avait refusé d'annuler cette décision arbitraire, et la Cour d'appel de même.

L'Eglise et certains paroissiens avaient donc saisi la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

Après avoir largement développé ses arguments la Cour Européenne a conclu qu'en refusant d'enregistrer l'Eglise de Scientologie de St Petersburg comme entité religieuse, la Russie avait violé l'article 9 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme (liberté de religion), "à la lumière" de l'article 11 (liberté d'association).

C'est la troisième victoire de l'Eglise de Scientologie face à la Russie à la CEDH pour des motifs similaires.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Intervention à l'OSCE
Mardi et mercredi, je suis intervenu à Varsovie lors du meeting sur la mise en place de la dimension humaine (HDIM, Human DImension Implementation Meeting) de l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, organisme gouvernemental international regroupant 57 pays).

Vous pouvez trouvez le texte en anglais de mes deux interventions ici sur le site de l'OSCE:

http://www.osce.org/odihr/124659
et ici:
http://www.osce.org/odihr/124722

Ce sont deux versions assez similaires, la première lors de la séance sur la discrimination et l'intolérance, la deuxième lors de la séance sur la liberté religieuse.


Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Intervention à Washington sur la liberté religieuse en Europe
Vendredi 19 septembre, j'étais invité à m'exprimer lors de l'évènement annuel de la Table Ronde sur la Liberté de Religion à l'Internationale de Washington (IRF Roundtable). L'évènement avait lieu dans la Chambre de Représentants au Congrès Américain. Il était organisé par Christian Solidarity Worldwide, the Institute for Global Engagement, la Conférence des Evêques Catholique des Etats-Unis, le Bureau des Affaires Nationales de l'Eglise de Scientologie, International Christian Concern, l'Union des Conseils pour les Juifs de l'Ancienne Union Soviétique, Russian Ministries et l'Eglise des Adventistes du 7ème Jour.

150 invités étaient présents, leaders religieux, représentants d'ONG ou membres du gouvernement américain (notamment le Sénateur Trent Franks, le sénateur Frank Wolfs, Katrina Lantos, Présidente de la Commission US sur la liberté religieuse à l'internationale [USCIRF], etc.).

Je partageais le podium avec Ira Forman, envoyé spécial du Département d'Etat américain sur l'antisémitisme dans le monde (à ma droite sur la photo), Susan Kerr, représentante de Christian Solidarity Worldwide en Europe (à ma gauche), et Juris Pupcenocks, Professeur de relations internationales au Marist College à New York, et spécialiste de l'islamophobie (2ème en partant de la gauche). Le modérateur était le co-président de la table ronde, Greg Mitchell.


Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Belle semaine pour la liberté de religion
Pourquoi donc le blog des droits de l'homme du Conseil de l'Europe a-t-il titré "dancing in the pews" ("Ca danse dans les églises", "pews" signifiant les "bancs" d'Eglise) vendredi dernier ? (voir ici)

Eh bien, c'est une longue histoire, qui aurait du finir mal, mais qui finit bien. Pour faire court, il y a environ 3 ans, un député Français, Rudy Salles, avait été nommé rapporteur sur "la protection des mineurs face à l'influence sectaire", à l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe (47 pays représentés). Comme annoncé par ses compères de la Miviludes, il s'agissait de trouver un point d'accord pour exporter dans toute l'Europe le modèle français très discriminatoire à l'encontre des minorités religieuses et spirituelles, et créer un observatoire européen des minorités religieuses basé sur le modèle de la Miviludes. Les mineurs servaient de prétexte, parce que tout le monde est généralement d'accord lorsqu'il s'agit de protéger les enfants, fut-ce d'un danger imaginaire alors que de vrais dangers assaillent notre jeunesse quotidiennement.

Sans surprise, le rapport qui résultait du "travail" de Rudy Salles, était complètement discriminatoire et contraire à tous les standards internationaux et européens en matière de liberté de religion et de non-discrimination, principes fondateurs du Conseil de l'Europe. Lorsqu'il a été rendu public, le 3 mars dernier, le rapport a soulevé une pléthore de lettres de protestations, plus de 80 ONGs nationales et internationales s'étant mobilisées pour alerter les parlementaires sur les dangers de cette approche discriminatoire.

Bien sûr, Rudy s'est empressé de dire que toutes ces ONGs étaient des sectes... Ainsi les Sikhs de United Sikhs, l'Alliance Evangélique Européenne, l'ancien Président de la Fédération Protestante de France, les Hindouistes, le Groupe Helsinki de Moscou (qui fut l'un des groupes dissidents les plus héroïques pendant l'Union Soviétique), l'Union des Conseils pour les Juifs dans l'ancienne Union Soviétique, le Synode Fédéral des Eglises Protestantes et Evangéliques de Belgique, l'Initiative Musulmane Européenne pour la Cohésion Sociale (EMISCO) et beaucoup d'autres se sont tous vus relégués au rang des "sectes" par un Rudy Salles passablement furax de s'être ainsi fait épinglé.

Le rapport contenait deux propositions qui étaient mises au vote le jeudi 10 avril 2014 lors de l'Assemblée plénière. D'abord, une "résolution" (sorte de "déclaration politique" de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, dont les pays membres peuvent s'inspirer pour créer leur législation), et une "recommandation", laquelle est envoyée au Comité des Ministres du Conseil de l'Europe. Le Comité, organe dirigeant du Conseil de l'Europe (les 47 gouvernements des Etats membres y sont représentés par leurs ministres des affaires étrangères respectifs), doit ensuite prendre position sur la recommandation qui lui est adressée.

A l'issue de débats houleux et malheureusement plutôt dégradants pour l'image de la France, la recommandation a été rejetée par l'Assemblée le jeudi 10 avril, et la résolution a été adoptée uniquement après avoir été complètement transformée pour correspondre aux standards européens en matière de droits de l'homme. Ainsi, toutes les recommandations discriminatoires du député Rudy Salles ont disparu du texte, pour être remplacées par des paragraphes appelant à la protection des minorités religieuses et à la lutte contre la discrimination, ainsi que rappelant le droit des parents à éduquer leurs enfants selon leurs propres convictions religieuses ou philosophiques. 

Du texte de Rudy, il ne reste que le titre, et c'est tant mieux. Je ne peux résister à vous citer un extrait de la résolution adoptée par l'Assemblée :

"9. L'Assemblée invite les Etats membres à veiller à ce qu'aucune discrimination ne soit autorisée en raison du fait qu'un mouvement est considéré ou non comme une secte, à ce qu'aucune distinction ne soit faite entre les religions traditionnelles et des mouvements religieux non traditionnels, de nouveaux mouvements religieux ou des «sectes» s'agissant de l'application du droit civil et pénal, et à ce que chaque mesure prise à l'encontre de mouvements religieux non traditionnels, de nouveaux mouvements religieux ou de «sectes» soit alignée sur les normes des droits de l'homme telles qu'elles sont consacrées par la Convention européenne des droits de l'homme et d'autres instruments pertinents protégeant la dignité inhérente à tous les êtres humains et l'égalité de leurs droits inaliénables."

Par ailleurs, certains parlementaires se sont illustrés dans leur défense du principe de non-discrimination à l'égard des minorités religieuses. Valeriu Ghiletchi, député moldave et President du Comité des Affaires Sociales à l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, s'est exprimé ainsi alors que Rudy Salles refusait tout compromis pendant les débats, pensant certainement "passer en force", juste avant le vote sur la recommandation :

"Chers collègues, cher M. Salles, c’est une triste journée pour moi. J’appartiens à une minorité religieuse. À l’époque, en Union soviétique, on disait que j’appartenais à une secte. Je regrette qu’aujourd’hui, une telle recommandation puisse être présentée par notre Assemblée. Si nous ne voulons pas mettre en danger nos citoyens, il faut rejeter cette recommandation. Comment voulez-vous accepter un texte qui attaque les personnes sur la base de leurs convictions religieuses ? C’est extrêmement triste."

L'Assemblée l'a entendu, et a rejeté la recommandation. Belle semaine pour la liberté de religion.

Lire:
La résolution finale telle qu'adoptée par l'Assemblée
Le communiqué de presse du European Interreligious Forum for Religious Freedom et du All Faith Network (en Français)

Voir:

L'intervention initiale du député moldave Valeriu Ghiletchi
L'intervention initiale du député norvégien Morten Wold
L'intervention initiale du député anglais Brian Binley


Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


22 Janvier 2014 – Communiqué de Presse – Pour diffusion immédiate


L’Etat Français vient d’être condamné par le Tribunal de Grande Instance de Paris à verser plus de 40 000 euros à quatre scientologues, à l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie-Celebrity Centre et à la librairie SEL qui commercialise les ouvrages de Scientologie en France, pour déni de justice dans une affaire pour laquelle ces personnes physiques et morales ont été condamnées par une décision de la Cour de Cassation du 16 octobre 2013.
 
Pour le porte-parole de l’Eglise de Scientologie en France, le Révérend Eric Roux, « il s’agit d’une décision qui prouve le caractère inéquitable de cette procédure, aussi bien que les atteintes aux droits fondamentaux des scientologues qui ont émaillé cette affaire depuis le début. En outre, nous sommes en ce moment en train de formuler une requête complète devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, une plainte pour vol d’éléments cruciaux du dossier est actuellement instruite par le Tribunal de Grande Instance de Paris, et vont aussi être portées devant la Cour d’Appel les demandes illégales du parquet de Paris en 2009 à l’encontre de l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie - Celebrity Centre et de la Librairie SEL. »
 
Le 17 Octobre 2013, l’Etat Français avait déjà été condamné pour déni de justice à verser à plusieurs scientologues plus de 35 000 euro dans une autre affaire qui avait duré 21 ans et qui avait fini par un non-lieu général, confirmé par la Cour de Cassation en Mars 2010, concernant l’ensemble des scientologues mis en cause.
 
L’Eglise de Scientologie est installée en France depuis 1959, compte aujourd’hui des dizaines de milliers de membres dans le pays et n’a jamais cessé de croître depuis cette époque. Elle représente plus de 11000 Eglises, missions et groupes à travers 167 pays, pour des millions de membres internationalement. Le 12 décembre dernier, la Cour Suprême du Royaume-Uni a rendu une décision historique reconnaissant la Scientologie comme une religion et ses chapelles comme des lieux de culte.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Comme cela a été relaté par de nombreux médias en France hier et aujourd'hui, le 11 décembre 2013, la Cour Suprême a reconnu la scientologie comme l'une des religions de Grande Bretagne, et déclaré que ses chapelles étaient des lieux de culte dans lesquels les scientologues pouvaient se marier. En Angleterre, le mariage religieux est légal et peut produire les mêmes effets de droit que le mariage civil.


Royaume-uni: la Cour Suprême reconnait la scientologie comme une religion
Tous les scientologues britanniques peuvent maintenant célébrer leur mariage avec leur famille et leurs amis au cours d’une cérémonie religieuse dans la chapelle de l’Eglise de scientologie de Londres.

Dans la décision extrêmement motivée, les juges rappellent quelques principes de scientologie. Extraits :

"16. La première Église de Scientologie a été fondée en 1954 aux États-Unis par L Ron Hubbard, et la doctrine de l'Église est basée sur ses écrits et des enregistrements de ses conférences. Il y a maintenant des milliers d'églises de Scientologie dans plus de 160 pays. la Scientologie implique la croyance en un pouvoir surnaturel, aussi connu comme Dieu, l'Être suprême ou le Créateur. La compréhension du Créateur est réalisable uniquement par l'éveil spirituel, et le but de la Scientologie est d'aider ses membres à obtenir une telle illumination. La Scientologie affirme que l'accomplissement du salut spirituel n'est possible que par des étapes successives menant à cette illumination. À cet égard, elle ressemble quelque peu au bouddhisme. Progresser à travers ces états spirituels rapproche le croyant de Dieu.
(...)
60. Avec l'approche que j'ai prise concernant le sens de la religion, les preuves sont amplement suffisantes pour montrer que la Scientologie entre dans ce cadre."


Et les juges de rappeler le credo de l'Eglise de Scientologie et d'en citer des extraits :

"Nous, membres de l’Église, croyons
 
Que tous les hommes, quelle que soit leur race, couleur, croyance ont été créés avec des droits égaux ; 
 
Que tous les hommes ont le droit inaliénable d’exercer leurs propres pratiques religieuses ;
 
(…)
 
Que tous les hommes ont le droit inaliénable de penser librement, de parler librement, d’écrire librement leurs propres opinions et de s’opposer, de se prononcer ou d’écrire sur les opinions des autres ;
 
Que tous les hommes ont le droit inaliénable de créer leur propre espèce ;
 
Que les âmes des hommes ont les droits des hommes ;
 
(…)
 
Et que rien de ce qui est inférieur à Dieu n’a le pouvoir de suspendre ou d’ignorer ces droits, de façon ouverte ou couverte."

La décision de la Cour Suprême rappelle les principes d’égalité et de non-discrimination dans les questions religieuses. Cette décision garantit que l’Eglise de scientologie et les scientologues ne seront pas traités différemment d’autres religions et que leurs paroissiens bénéficieront des mêmes droits.
 
En établissant que la Scientologie est une religion et que sa chapelle (chaque église dans le monde dispose d’une chapelle) est un lieu de culte, la Cour Suprême a déterminé que la définition de la religion et du culte doit être moderne et suffisamment large pour englober les religions pratiquées par la majorité de la population mondiale. 

Pour ceux qui veulent lire la décision en Anglais :
 
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


Conférence sur le traitement des minorités religieuses en Europe
Mercredi dernier, j'étais l'un des intervenants dans une conférence à Bruxelles, organisée par le "European Interreligious Forum for Religious Freedom" (EIFRF ), United Sikh International, Federation Pro Europa Christiana, European Muslim Initiative for Social Cohesion (EMISCO ), Coordination des Associations et des Citoyens pour la Liberté de Conscience (CAPLC Europe ), Forum for Religious Freedom Europe (FOREF ) et Soteria International

Le modérateur de la conférence était le père Aelthwine, de l'Archidiocèse Orthodoxe d'Antioche d'Europe. Les autres speakers étaient Bashy Quraishy (Secretaire General - EMISCO – Strasbourg et Président du conseil d'administration du European Network Against Racism – Bruxelles), Jasvir Sing (United Sikhs International) and Paul Herzog Von Oldenburg (Coordinateur : International Federation, Pro Europa Christiana), Patricia Duval (Avocate – Spécialiste en Droits de l'Homme européens et internationaux), Juan Ferreiro Gualgueira (Professorat en loi ecclésiastique à l'université de La Corogne - ancien Directeur adjoint pour la promotion de la liberté religieuse au Ministère de la Justice espagnol), Alessandro Amicarelli (Docteur en droit - avocat au Barreau d'Italie et à la Société des Avocats d'Angleterre et du pays de Galles) et Hans Noot (President de la Gerard Noodt Foundation - Membre du Conseil d'Administration de l'ICRLS ).

La salle était pleine à craquer et la conférence qui a duré toute l'après-midi était non seulement très intéressante, mais surtout tournée vers l'action.

Vous pouvez retrouver le texte de mon intervention (en anglais) ici :  http://www.eifrf-articles.org/Mistreatments-of-religious-minorities-the-French-Model_a67.html

En vous déplaçant un peu sur le site, vous trouverez aussi les textes des autres interventions.
Eric Roux
Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest

Liberté de conscience

Commentaires (0) | Permalien


1 2 3 4